PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Esen – 26 Juin 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Cette synthèse documentaire propose, au travers de ressources sélectionnées, d’affiner la définition de ce phénomène, d’en dégager les causes et de mettre en lumière les politiques de prévention et de remédiation du décrochage scolaire.

De quoi parle-t-on ?

La réduction des sorties précoces du système éducatif est devenue une priorité en France, comme dans l’Union Européenne (Stratégie Europe 2020). Malgré cela, il n’y a pas de consensus sur la notion de décrochage et sur le nombre de jeunes concernés. Le ministère de l’éducation nationale définit le décrochage scolaire comme "un processus qui conduit un jeune en formation initiale à se détacher du système de formation jusqu’à la quitter avant d’avoir obtenu un diplôme". Dans une Note d’information de septembre 2012 (pdf 83 Ko) la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) estime à 122 000 le nombre des sortants sans diplôme (hors brevet des collèges) et à 11, 9 % les jeunes de 18 à 24 ans sortant précocement du système éducatif. Gérard BOUDESSEUL et Céline VIVENT recensent quant à eux, dans le numéro d’avril 2012 de la revue Bref (CEREQ),  les divers systèmes de dénombrement mis en place à divers niveaux (établissement scolaire, rectorat, niveau interministériel) et montrent, compte tenu de l’hétérogénéité des méthodes de comptage, pourquoi les chiffres de décrocheurs obtenus peuvent aller du simple au double.

Les raisons du décrochage scolaire

Les facteurs de risque de décrochage résultent du cumul de plusieurs facteurs de fragilité (personnel, familial, scolaire). Marie-Anne HUGON, professeur de sciences de l’éducation à l’université Paris Ouest Nanterre, analyse dans un article des Cahiers de l’éducation (2012) les travaux scientifiques français et internationaux sur les facteurs spécifiquement scolaires du décrochage. Catherine BLAYA, professeur à l’université de Bourgogne, souligne quant à elle dans une interview, donnée à l’occasion de la publication de son dernier ouvrage, qu’il n’existe pas un seul type de décrocheur et que les facteurs de décrochage sont à la fois exogènes et endogènes à l’école.

Une priorité nationale

Depuis 2008, le décrochage scolaire est une des principales préoccupations affichées en France par les responsables de la politique éducative. Cette priorité a été inscrite dans différents textes de référence, consultables sur le site Éduscol. Pour Pierre-Yves BERNARD, maître de conférences à l’université de Nantes, la question du décrochage scolaire prolonge une préoccupation plus ancienne concernant l’insertion des jeunes les moins qualifiés. Dans son article "Le décrochage scolaire : l’émergence et la construction d’un problème scolaire" (pdf 916 Ko) paru dans la revue Administration et éducation (2013), il montre qu’en adoptant le terme de « décrochage scolaire », le débat s’est déplacé vers le système éducatif et sa responsabilité dans les ruptures de scolarité.

Lutter contre le décrochage scolaire : entre mesures préventives et mesures de réparation

Souvent associé à l’expression « sortie sans qualification », les dispositifs de prévention du décrochage scolaire sont souvent destinés aux élèves du collège et du lycée. Mais les travaux scientifiques ont aussi montré que le « cheminement vers l’abandon » a commencé bien plus tôt. Annie FEYFANT, chargée d’étude et de recherche au service VST de l’Institut français de l’Éducation (IFÉ), passe en revue dans le Dossier d’actualité Veille et Analyses de décembre 2012 (pdf 761 Ko) les travaux s’intéressant aux signes prédictifs du décrochage à l’école primaire et les mesures de prévention et de remédiation susceptibles d’être mis en place par les enseignants dans le domaine des apprentissages scolaires (lecture, écriture, mathématiques).
Des témoignages d’acteurs de terrain, qu’ils soient dans  ou hors de l’école (enseignants, collectivités locales, associations,…)  présentés dans les Cahiers pédagogiques de mars 2012 montrent la pluralité des réponses à apporter. C’est notamment dans une approche éducative, pédagogique et didactique différente et dans les partenariats noués autour de dispositifs d’accompagnement des décrocheurs que l’élève décrocheur peut renouer avec les apprentissages.
La prévention du décrochage scolaire se fait aussi aux divers niveaux de la scolarité par la mise en place de dispositifs de suivi des absences, d’orientation et d’aide aux élèves (accompagnement personnalisé, tutorat, stages, parcours de découverte des métiers et des formations (PDMF) etc.) et de structures spécifiques (dispositifs relais, sections d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA), établissements de réinsertion scolaire (ERS), internats etc.).

Mais, ces dernières années, c’est la question du "raccrochage scolaire" qui a été mise en avant avec une prise de conscience du caractère interministériel, voire inter-institutionnel du phénomène. Jean-Marc HUART, inspecteur général de l’éducation nationale (IGEN), présente dans l’article "La lutte contre le décrochage scolaire" (pdf 632 Ko) paru dans la revue Administration et éducation (2013) le cadre législatif et les dispositifs partenariaux permettant au travers de la mise en réseau de repérer les décrocheurs et de structurer l’offre de solution pour ces publics (Système interministériel d’échange d’informations, plateformes d’appui et de suivi, ROFE,…) Ces dispositifs sont coordonnés au sein de l’éducation nationale par les Réseaux FOrmation QUAlification Emploi (FOQUALE) qui ont pour objectif de proposer aux jeunes en situation de décrochage un contrat « Objectif formation-emploi pour leur assurer un débouché professionnel. L’Office national d’information sur les enseignements et les professions (ONISEP) participe quant à lui à ce dispositif avec un outil d’orientation destiné aux jeunes  "Ma seconde chance" proposant un service de géolocalisation des offres de formation et une plateforme de tchat.

Pour faire le point sur la question de manière synthétique, consultez également le Dossier d’actualité Veille et Analyses de mai 2013 (pdf 847 Ko) de l’Institut français de l’Éducation (IFÉ). Cette synthèse des travaux de recherche met l’accent sur la diversité des approches de ce phénomène au niveau international ainsi que sur la diversité des dispositifs mis en place pour le prévenir et y remédier.

Références des documents (dans l’ordre de leur citation)

Répondre