PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

L’évaluation est souvent le principal moyen pour les parents de suivre la scolarité de leur enfant et de l’accompagner. Ils ont donc besoin qu’elle soit claire, lisible, pour voir les acquis de leur enfant et là où il peut encore progresser. Leurs attentes sont bien là, et pas dans les notes, qui n’ont pas véritablement de sens mais servent surtout à comparer les élèves entre eux, à les mettre en compétition les uns avec les autres, parfois dès le primaire. Et cela, les parents l’ont bien compris. Ce dont les parents d’élèves ne veulent plus c’est un système d’évaluation qui dérive vers les moyennes, les moyennes de moyennes et les classements qui laissent de fait une partie des élèves en dehors de la réussite. Alors non, les parents ne sont pas accrochés aux notes. Ils demandent simplement une évaluation bienveillante, qui valorise leur enfant et lui donne envie de s’améliorer. C’est pourquoi la FCPE demande depuis longtemps la suppression des notes chiffrées au moins jusqu’en 6e.

La qualité de l’évaluation contribue aussi à la qualité des apprentissages. Les élèves ont besoin d’être évalués précisément pour se repérer dans leurs progressions et pour identifier les compétences qui sont acquises et celles qui ne le sont pas encore. Entre le primaire et le collège, l’évaluation doit être cohérente, pour que chaque élève continue d’avancer à son rythme durant cette première année de collège. Les parents savent bien qu’elle marque un moment important mais parfois difficile pour leur enfant. Au collège, la FCPE se félicite de la fin du double système d’évaluation qui juxtaposait le LPC (livret personnel de compétences) pour les compétences du socle commun et les moyennes par discipline pour les programmes. Les élèves auront désormais un livret scolaire unifié, avec des bilans réguliers et des bilans en fin de cycle. Enfin, le brevet qui marque la fin du collège doit principalement reposer sur le contrôle continu et non sur des épreuves terminales. Elles ne font qu’inciter aux révisions de dernière minute. Il en va du message que nous voulons adresser à nos collégiens. Si, comme on nous le dit souvent, cette épreuve, devenue quelque peu symbolique, doit servir à préparer les élèves pour la suite… Alors préparons-les en leur disant que c’est le travail régulier, tout au long de l’année qui doit consacrer leur réussite !

Lire la suite : http://www.fcpe.asso.fr/index.php?option=com_flexicontent&view=item&cid=123:newsletter&id=1581:edito-lettre-d-information-n-57-octobre-2015&Itemid=285