PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Association & Territoires – le 20 mars 2014 :

Accéder au site source de notre article.


La réforme des rythmes scolaires impacte fortement l’ensemble des rythmes éducatifs de l’enfant. En libérant du temps pour les activités pédagogiques dites d’éveil, elle ouvre des portes aux associations qui œuvrent déjà dans le champ du socioculturel et du sport ou qui sont en situation de faire des propositions pour les communes et les écoles en recherche d’activités complémentaires.

 Le dossier constitué par les volontaires de l’équipe se décompose en six rubriques à l’intérieur desquelles vous trouverez de nombreux articles enrichissant le sujet :

Le dispositif en lui-même (des bases de la réforme aux enjeux soulevés). Vous trouverez ici l’ensemble des articles de cette catégorie.
La place des associations (leur force de proposition dans le cadre du temps périscolaire). Vous retrouverez ici l’ensemble des articles de cette rubrique.
Gestion et organisation (problématiques de financement, de qualification, aides possibles…). Vous retrouverez l’ensemble des articles de cette catégorie ici.
Partenaires et soutiens (outils existants et regards d’experts). Vous trouverez ici les articles de cette rubrique.
Les territoires ( témoignages et pratiques en rural et en urbain). Vous trouverez l’ensemble des articles de cette catégorie ici.
À l’étranger (les rythmes éducatifs en europe et dans le monde). Vous retrouverez ici les articles de cette catégorie. 

Ce dossier a été l’occasion d’une réflexion au sein de notre structure, et voici notre point de vue sur cette réforme, et notamment sur sa mise en place


Le dispositif

Les origines de la réforme sont multiples. Des réflexions sur l’éducation (par Jacques Attali), et sur l’évolution de notre société (par Patrick Viveret) permettent de resituer cette réforme dans notre contexte temporel. Les réalités européennes et internationales permettent également de mieux saisir les différences existantes entre les différents systèmes éducatifs. François Tetsu, chronopsychologue, explique les expérimentations réalisées sur les enfants, leur attention, et l’emploi du temps idéal. Des réflexions sur l’aménagement du temps de l’enfant ont également été portées par l’éducation populaire.

Les enjeux escomptés de cette réforme sont une rénovation de la vie éducative de l’enfant. Un avis de Marcel Rufo, pédopsychiatre, permet de mettre en exergue ces attentes pour les enfants. Cette rénovation passe par la concertation, et parfois la rencontre, entre monde de l’éducation scolaire et monde de l’éducation populaire. Les acteurs associatifs considèrent cette réforme comme importante, et leur participation est.présentée dans la rubrique La place des associations.  

La réforme repose sur un décret. La responsabilité de sa mise en place est confiée aux collectivitésLes aides d’une part, et les soutiens et partenaires d’autre part, sont présentés dans distinctes catégories. Le projet éducatif territorial, défini dans le décret du 2 août 2013, se distingue des autres CEL et PEL existants. Un formulaire récapitulatif de la DDCS27 existe pour vous aider dans la mise en place des projets éducatifs territoriaux. Des guides sont aussi diffusés pour aider à l’établissement des PEDT. Enfin, quelques réflexions entre éducation partagée et Pedt sont disponibles. 

Les activités périscolaires s’établissent en concertation avec les communes. Au préalable, le temps périscolaire – central dans la réforme – doit être compris de manière univoque par tous les acteurs.
La place des associations dans la réforme est non négligeable, notamment pour trouver des intervenants. La discussion et le contact sont nécessaires pour mener à bien cette réforme (Rapport entre acteurs de l’éducation, concertation Animateur – Enseignant, rapport entre animateurs des activités et parents). 

Mettre en place des activités périscolaires de qualité n’est pas chose évidente, des guides pour ces activités pour les primaires (complet ou simplifié), en maternelle et vidéo sont à votre disposition. Ces activités doivent être en lien avec les cursus des enfants, et menées pour permettre la gestion du temps intermédiaireLa laïcité et le développement durable peuvent être des sources de réflexions. À titre d’exemple d’activités, cet article liste celles proposées aux enfants de Conche-en-Ouche et de Pont-Audemer (27). 

Cette réforme ne se met pas en place sans que certaines questions se posent. Tout d’abord, celle de la fatigue de l’enfant fait l’objet de débat. Lors du colloque du 14 Janvier, certaines questions furent posées, témoignage du travail de communication, et du travail tout court, qu’il reste à effectuer. 
La mise en place effective sur certains territoires est explorée dans une autre catégorie. 

Différentes réflexions vis-à-vis de cette réforme ont été rapportées :

– Tout d’abord, lors du colloque du 15 Janvier une série de propositions a été énoncée dans l’atelier des rythmes éducatifs ;

– Une réflexion sur la sollicitation des jeunes et des enfants dans le cadre de la mise en place de la réforme ;

– La place des acteurs entrepreneuriaux dans cette réforme est peut-être un point négligé, notamment en ce qui concerne l’organisation des transports et donc des horaires de travail des parents. 

Vous trouverez ici l’ensemble des articles de cette catégorie. 


La place des associations 

La réforme des rythmes scolaires et éducatifs a été mise en place pour certaines communes à la rentrée de septembre 2013, pour les autres, elle le sera impérativement à la rentrée 2014. Les élèves d’école primaire sont désormais scolarisés soit le mercredi matin (le plus souvent), soit le samedi matin. L’allègement horaire dégagé  les autres jours de la semaine doit leur permettre de profiter d’activités périscolaires de nature sportive, artistique, culturelle. 

Qui va se charger de ses activités périscolaires ? Les écoles et les communes sont bien entendu les premières concernées par cette réforme. Mais quand est-il des associations ? La réforme des rythmes éducatifs est-elle un bien ou un mal pour le tissu associatif ? Quelles opportunités s’offrent aux associations de jeunesse et d’éducation populaire ? Quelles difficultés rencontrent-elles ? 

Plusieurs articles  traitent de la place des associations dans cette réforme des rythmes scolaires : 

– Le CNAJEP et le réforme des rythmes éducatifs, avec les rencontres locales organisées par les CRAJEP (d’Île de France ou de Seine-Maritime)
– Rythmes scolaires : une réforme non sans conséquences (une commune du Doubs est valorisée dans cet article mais cela peut servir de modèle)

– Entretien avec les Francas : réflexion autour de la réforme avant 2014
– Video sur l’activité sportive des enfants (elle n’est pas en rapport direct avec la réforme des rythmes éducatifs mais reste tout de même intéressante sur la mise en place d’activités sportives et la gestion des risques dans ces activités qui peuvent être adoptées dans le cadre de la réforme)

L’aménagement du temps de l’enfant, réfléchi par l’éducation populaire en 1997

– Différents compte-rendu de rendez-vous… (les liens seront disponibles une fois les rencontres déroulées) :

– Entretien avec le CROS

Entretien avec la FCPE 76

Entretien avec la Ligue de l’enseignement 27 

Vous retrouverez ici l’ensemble des articles de cette rubrique. 


Gestion et Organisation

La réforme des rythmes éducatifs est aujourd’hui dans ses grandes lignes connue : La semaine de 4 jours et demi, qui était déjà la règle avant 2008, permet de mieux répartir les heures de classe sur la semaine, d’alléger la journée de classe de 45 minutes en moyenne et d’enseigner les savoirs fondamentaux aux heures où les élèves sont le plus concentrés. 

Grâce à cette réforme, le nombre de jours d’école passera de 144 à 180 par an, ce qui fera 36 matinées de plus pour apprendre (par l’ajout d’une matinée le mercredi ou le samedi). Aucune heure de temps scolaire n’est cependant enlevée ou ajoutée aux élèves : ils passent toujours 24 heures par semaine en cours, mais avec un temps mieux réparti.

Dans cette rubrique, sont exposées les modalités de la mise en vigueur de cette réforme des rythmes éducatifs, de la mise en place des temps périscolairesde leur financement, et des intervenants qui assureront ces temps.

Les activités périscolaires peuvent faire appel à une large diversité d’intervenants : agents spécialisés des écoles maternelles, animateurs, éducateurs territoriaux d’activités physiques et sportives ou personnels de droit privé. Les mairies ont également la possibilité d’établir des conventions de partenariat avec des associations ou des clubs sportifs, ou encore de faire appel à des enseignants volontaires dans le cadre de l’aide aux devoirs. Les personnes qui interviennent dans le cadre d’un accueil de loisirs sont recrutées selon certaines règles. Au moins 50% des personnels d’encadrement requis sont titulaires d’un BAFA ou d’un titre équivalent. 

Vous retrouverez l’ensemble des articles de cette catégorie ici.  


Partenaires et soutiens 

Un des objectifs majeur de la réforme des rythmes éducatifs, est de rassembler tous les acteurs de l’éducation autour d’un projet éducatif global et cohérent effectué suite à un diagnostic précis établissant une liste des besoins repérés sur le territoire, des actions et ressources déjà disponibles ou à créer. Nous parlons ici des acteurs principaux et partenaires comme la famille, les enseignants, les associations, ainsi que les différentes instances de pilotage comme le département, l’Etat, les communes, la Caf, etc… 

La mise en place de la réforme des rythmes éducatifs peut s’appuyer sur le dialogue avec les familles mais également avec un plus large public. Les communes ont reçus des avis très mitigés d’une personne à une autre ou encore d’un territoire à un autre même si depuis quelques mois, les opinions tendent parfois à évoluer. 

De nombreuses associations vont être amenées à travailler ensemble pour les temps d’activités périscolaire et il est donc interessant et important d’engendrer une mutualisation entre les associations concernées. Les organismes  comme la DDCS, la DDRJSCS, et la CAF peuvent être amenés, à la demande de collectivités ou de communes,  à un accompagnement et un suivi tout au long de la construction de projet comme le PEDT (Projet Educatif de Territoire). Les approches sont différentes selon les territoires et les organismes : à demandes et  besoins divers, accompagnement  différent et personnalisé. 

La Mission Commune d’Information (MCI) est une instance de pilotage de la réforme. L’outil, créé afin d’étudier la mise en œuvre de la réforme, recueille des avis de tout horizon, que ce soit au niveau politique, associatif, etc.  L’analyse de Monsieur Fotinos, rapporté dans un de nos articles, revient sur les positions tranchées sur la réforme et les réflexions pour en sortir.  

Vous trouverez ici les articles de cette rubrique. 


Les territoires

 Les problématiques posées par la réforme des rythmes scolaires – et éducatifs – ne soulèvent pas les mêmes défis selon que les associations jep concernées agissent en milieu urbain ou rural. 

Grâce, entre autres sources, à l’ancrage d’une jeune volontaire au cœur du canton de Doudeville et aux retours obtenus lors des rencontres du 14 Janvier dernier, le CRAJEP rapporte les problèmes et atouts relevés à chaque cas. Cette rubrique vous présente un florilège d’exemples, de témoignages et de pratiques afin de nourrir votre réflexion et décortiquer au mieux les enjeux de la réforme au sein des différents territoires.   

A propos de des conséquences de la réforme en milieu urbain, vous pouvez trouver les constats de la mise en place dans les villes de Rouen et du Havre. Un article sur l’exemple que constitue la commune de Rolleville et un autre sur le processus de municipalisation des activités périscolaire dans le territoire de l’Andelle mettent en évidence l’objectif pour les associations rurales de s’emparer des enjeux de la réforme. Dans le même registre, nous vous retransmettons le travail de nos camarades du site Eureasso sur les communes de Conches et Pont Audemer. Vous pourrez également vous renseigner sur le PEDT ( Projet éducatif territorial ). 

Vous trouverez l’ensemble des articles de cette catégorie ici. 


À l’étranger 

Dans le cadre de ce dossier sur les rythmes éducatifs en France, les systèmes mis en place chez nos voisins de l’Europe et du monde peuvent être source d’inspiration pour en retirer les résultats positifs. Leur analyse peut aussi permettre de prendre du recul sur la situation en France dans le but d’optimiser au maximum cette transition importante que va être la mise en place définitive de la réforme des rythmes scolaires.

Ce segment de notre dossier sur les rythmes éducatifs donne à voir comment l’éducation est prise en charge dans différents pays de l’Europe et dans des pays comme la Finlande, le Japon ou même la Nouvelle-Zélande.  

Vous retrouverez ici l’ensemble des articles de cette rubrique.

Répondre