PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
Sortir sans diplôme du système éducatif, c’est aujourd’hui être grandement exposé au chômage et au sous-emploi en début de vie active. En période de crise, ce phénomène est encore accentué.
Qui plus est, l’analyse des cheminements professionnels sur longue période montre que le désavantage sur le marché du travail des jeunes non diplômés perdure bien au-delà de la période d’insertion.
Même si une partie d’entre eux acquiert de façon différée une qualification, au final, leur destinée professionnelle est largement marquée par l’insécurité de l’emploi ou/et des emplois de mauvaise qualité.
Dès lors, quitter le système scolaire (collège, lycée général, lycée professionnel ou centre de formation pour apprentis) sans avoir acquis au moins un diplôme de niveau V apparaît bel et bien comme un risque socio-économique. La réduction de ce que les pouvoirs publics ont désigné par le terme de «décrochage scolaire» est devenue aujourd’hui une des priorités affichées dans la politique éducative. Est-il besoin de rappeler que chaque année ce risque se concrétise encore pour un jeune sur six ?
En privilégiant une entrée par le territoire, cet ouvrage apporte un éclairage original sur ce risque, que l’on sait très inégal selon le milieu d’origine et les conditions de vie. Alors que de nombreuses analyses nationales sur le décrochage accordent une place très modeste à la dimension territoriale, cet atlas nous rappelle à sa façon que le territoire joue un rôle important dans la reproduction sociale. La ségrégation spatiale dans les agglomérations urbaines, de même qu’entre territoires ruraux et territoires urbains, sont en elles-mêmes génératrices d’inégalités sociales et de ce fait, d’inégalités scolaires. La correspondance entre la géographie du décrochage scolaire et celle d’un ensemble de facteurs socioéconomiques est donc au centre de cet atlas.
Dans le sillage d’une étude nationale menée pour le fonds d’expérimentation pour la jeunesse et publiée par le Céreq en 2012, c’est à l’échelle de chaque académie que nous descendons ici. Et les auteurs nous invitent à une lecture en termes de « risques sociaux territorialisés » à ce niveau-là. Car le territoire n’est pas seulement le vecteur potentiel d’inégalités. Il est aussi le support de l’action publique. Autour de chaque établissement scolaire, les acteurs publics sont ainsi face à un public socialement différencié. Cet ouvrage constitue une invitation à réfléchir sur les actions à entreprendre localement.
Que les auteurs, tenants de la géographie sociale, soient remerciés pour ce précieux outil de travail.
 
Catherine MOISAN
Directrice de la DEPP
Alberto LOPEZ,
Directeur du Céreq
 
SOMMAIRE
 
Préface


Introduction

Académie d’Aix-Marseille

Académie d’Amiens

Académie de Besançon

Académie de Bordeaux

Académie de Caen

Académie de Clermont-Ferrand

Académie de Corse

Académie de Créteil

Académie de Dijon

Académie de Grenoble

Académie de Lille

Académie de Limoges

Académie de Lyon

Académie de Montpellier

Académie de Nancy-Metz

Académie de Nantes

Académie de Nice

Académie d’Orléans-Tours

Académie de Paris

Académie de Poitiers

Académie de Reims

Académie de Rennes

Académie de Rouen

Académie de Strasbourg

Académie de Toulouse

Académie de Versailles


Lexique