PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Conseil de l’Europe :

Accéder au site source de notre article.


Au cours des soixante dernières années, l’idée selon laquelle la création d’abondance matérielle était indispensable pour assurer le bien-être et les droits fondamentaux des citoyens a largement dominé. Il y a, dans ce modèle d’organisation fondé sur l’augmentation de la richesse, un lien implicite entre croissance, bien-être individuel et bien-être collectif. Cette perspective d’amélioration constante présuppose un engagement des Etats et des entreprises dans la redistribution équitable des bénéfices de la croissance. Les Etats se sont ainsi engagés, en tant que garants du bien-être collectif, dans l’évolution du produit intérieur brut (PIB).
Aujourd’hui, la mondialisation a détruit le lien éthique entre croissance et bien-être national. Une perception négative du PIB s’est installée en raison des problèmes de pollution, de destruction de l’environnement, d’augmentation de l’inégalité entre groupes sociaux et surtout du constat que la croissance seule n’assure ni la démocratisation du bien-être matériel ni une vision heureuse du futur.
Dans un moment de crise de confiance, où les vieux paramètres de référence sont remis en question, ce guide, publié à la suite du "Guide méthodologique pour l’élaboration concertée d’indicateurs de cohésion sociale (2005)", aborde le concept de progrès sociétal pour le bien-être de tous à partir de sa définition et de son approfondissement avec et par les citoyens et les communautés. Il précise ainsi le glissement de l’idée du bien-être à celle de bien-être de tous, et les interactions entre bien-être personnel et collectif, pour construire une vision partagée d’avenir et une capacité d’agir ensemble fondée sur la délibération, l’élaboration d’outils de mesure et la concertation, tout en prenant en compte les générations tant présentes que futures.
Ce guide incite à travailler sur l’idée de progrès pour la rendre maitrisable et l’humaniser.
Le Conseil de l’Europe contribue ainsi au débat en cours sur le progrès et le bien-être, selon sa propre perspective : celle de renforcer et de renouveler les processus démocratiques et la capacité des citoyens à participer aux décisions sur les enjeux sociétaux.

Categories: Généralités et ARF

Répondre