PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

« Allumons les esprits, c’est notre loi première » : est-ce le Poète ou l’Homme épris de l’idéal démocratique qui résonne en nos consciences en ce Printemps 2015 ? Dans le même temps où les Poètes nous appellent à l’éveil des consciences, ou à leur accélération, Najat Vallaud-Belkacem et Fleur Pellerin, Ministre de l’Education Nationale et Ministre de la Culture signent une feuille de route conjointe sur l’Education artistique et culturelle comme vecteur de transmission des valeurs de la République.

L’art à l’école ne met-il pas au travail la peur de l’étrange et de l’étranger dans une relation distanciée, l’expérience esthétique ne transforme-t-elle pas le regard sur le Monde et la façon de l’habiter avec nos frères en humanité ?

L’OCCE, par sa revue Animation & Education, a convié des philosophes, artistes, pédagogues, universitaires, professionnels de la culture et de l’éducation à cette réflexion.

Sont traversées ici les questions de l’empathie par l’imagination, des chemins vers la Liberté contre la misère symbolique, de l’Altérité versus la pensée unique.

Pour autant, d’aucuns interrogent l’écueil de la facilité réductrice ou de l’instrumentalisation de l’art, pointent l’exercice du choix et de la responsabilité des adultes, et en particulier ceux des démarches éducatives.

Ce sera le sens du triangle pratiques artistiques émancipatrices / rencontre avec les oeuvres/ contextualisation et réflexion, porté par le référentiel de l’Éducation Artistique et Culturelle du Conseil supérieur des programmes.

Si saveurs et savoirs, émotion et émeute des esprits se conjuguent dans l’éducation artistique, soyons en alerte pour qu’enfants et adolescents grandissent dans une intelligibilité partagée de leur « humaine condition » : la langue, les mots, la parole adressée, dans toute leur épaisseur, complexité, voire radicalité en sont sans doute les meilleurs garants… Se trouve ici une vraie question politique pour l’enfance et la jeunesse, au sens le plus digne.

Katell Tison-Deimat

[1] Victor Hugo Les Quatre vents de l’Esprit, 1853.

SOMMAIRE

Dossier

Hors-dossier

Lire la suite : http://animeduc.occe.coop/spip.php?page=sommaire_revue&id=246