PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Dans un entretien accordé à France Inter le 10 avril au matin pour assurer la promotion de son nouvel ouvrage « Malaise dans l’inculture » (éditions Grasset), Philippe Val, au parcours médiatique et politique tumultueux, s’en est pris longuement à la « sociologie ». Malgré quelques réserves a posteriori suggérées par le présentateur Patrick Cohen, il a stigmatisé « les sociologues » qu’il considère comme l’incarnation par excellence du « politiquement correct » : en effet, ces derniers, embourbés dans une conception « bourdivine » ou « bourdieusarde » de la société, contribueraient très largement à déresponsabiliser les individus, à saper toute forme d’autorité en présentant systématiquement les coupables comme des victimes et auraient entrainé « la gauche » vers un laxisme généralisé dont nous paierions aujourd’hui les conséquences au prix fort…

Je suis de plus en plus surpris, pour ma part, de voir se développer, chez de nombreux intellectuels, la dénonciation de ce soi-disant « politiquement correct » en brandissant l’étendard de la minorité muselée. Certes, le procédé est habile… mais ne voit-on pas qu’aujourd’hui le « politiquement correct », c’est eux ? C’est eux qui incarnent – et de très loin – le discours dominant sur la laxisme de la gauche molle, la nécessité de (re)venir à une conception « pure et dure » de la laïcité républicaine, de combattre le « nivellement par le bas » et de réhabiliter la « lutte des places » au nom du « mérite » et de l’élitisme… Pour autant – et parce qu’il ne faut pas se laisser impressionner par ceux qui parlent d’autant plus fort et haut qu’ils se prétendent bâillonnés – reprenons brièvement la critique si répandue de la « sociologie ».

Lire la suite : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/04/17042015Article635648417835676720.aspx

Categories: Expressions prismées