PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
SOMMAIRE
 
Introduction
 
1. Contexte, objectifs et méthodologie de l’évaluation
1.1 Une politique publique au cœur de la stratégie «Europe 2020» et des engagements présidentiels pour 2017
1.2 Une évaluation visant à transformer et à renforcer l’action publique en faveur de la lutte contre le décrochage
1.3 Une politique articulée avec les autres chantiers portés par le ministère de l’Education nationale et le gouvernement
1.4 Une évaluation réalisée en trois phases de travail et s’appuyant sur la méthodologie spécifique des évaluations de politiques publiques MAP
 
2. Cinq constats partagés issus du diagnostic de la lutte contre le décrochage scolaire
 
3. Un scénario s’appuyant sur trois orientations stratégiques
3.1 La mise en place d’une politique publique dédiée, intégrée et partenariale
3.2 La nécessité de mettre davantage l’accent sur la prévention
3.3 Le renforcement des efforts en matière d’intervention et de remédiation, dans une logique d’amélioration continue
 
4. Un plan d’action systémique
4.1 Une stratégie de transformation en 4 principes, 5 axes et 6 leviers
4.1.1 4 principes généraux qui synthétisent la philosophie du plan de mesures
4.1.2 5 axes structurants qui font système
4.1.3 6 leviers qui constituent les conditions de réussite du plan
4.2 Les conditions de réussite du plan d’action
Levier n°1 : Une gouvernance dédiée au décrochage
Levier n°2 : Des moyens financiers renforcés
Levier n°3 : Des outils plus performants
Levier n°4 : Une communication à la hauteur des enjeux
Levier n°5 : Un accompagnement du changement et une politique de ressources humaines adaptée
Levier n°6 : Une évaluation plus systématique des dispositifs et des expérimentations
4.3 Un plan d’action ambitieux
SYNTHESE : 21 RECOMMANDATIONS POUR LUTTER CONTRE LE DECROCHAGE
AXE 1 : UNE ECOLE BIENVEILLANTE ET EXIGEANTE
Recommandation n°1 : Adapter les pratiques pédagogiques pour prévenir le décrochage
Recommandation n°2 : Développer le sentiment d’appartenance et de bien?être des élèves
Recommandation n°3 : Favoriser l’entraide et le travail collaboratif entre élèves
AXE 2 : UNE RESPONSABILISATION DE TOUS LES ACTEURS
Recommandation n°4 : Fédérer et mobiliser l’ensemble des acteurs autour du décrochage : « Ensemble on s’accroche !»

Recommandation n°5 : Intégrer la prévention du décrochage dans les missions de l’ensemble des professionnels de l’école, de l’établissement et des corps d’inspection

Recommandation n°6 : Améliorer le suivi et la mesure des absences et de l’absentéisme

Recommandation n°7 : Compenser les absences et préparer le retour en classe

AXE 3 : DES ALLIANCES EDUCATIVES AU SEIN DES ETABLISSEMENTS ET AVEC LES PARTENAIRES

Recommandation n°8 : Renforcer la collaboration entre les personnels pédagogiques et éducatifs au sein des écoles et établissements
Recommandation n°9 : Développer le travail en équipe pluri?catégorielles au sein d’alliances éducatives pour mieux
coordonner les actions des partenaires et prendre en compte les besoins du jeune
Recommandation n°10 : Renforcer le lien Parent ? Ecole
AXE 4 : UNE PLUS GRANDE SOUPLESSE DES PARCOURS ET UNE MEILLEURE ORIENTATION
Recommandation n°11 : Expérimenter une plus grande modularité dans les formations
Recommandation n°12 : Mieux accompagner le jeune dans son orientation et la découverte des métiers et des formations
au collège et au lycée

Recommandation n°13 : Faciliter les passerelles entre les différentes voies : entre l’enseignement professionnel et l’enseignement général et technologique dans les deux sens/entre les cycles de la voie professionnelle

Recommandation n°14 : Gérer lestransitions école / collège et collèges / lycées

Recommandation n°15 : Améliorer les procédures d’affectation des élèves
AXE 5 : UN DROIT A UNE « NOUVELLE CHANCE » DE RETOUR EN FORMATION
Recommandation n°16 : Développer des structures de remédiation innovantes
Recommandation n°17 : Mettre en place un parcours aménagé de «stagiaire de la formation initiale »

Recommandation n°18 : Etudier l’opportunité d’un allongement de la période de formation obligatoire jusqu’à l’âge de 18

ans

Recommandation n°19 : Abonder le Compte Personnel de Formation (CPF) pour encourager les jeunes en situation de décrochage à réintégrer un cursus de formation

Recommandation n°20 : Renforcer l’efficacité des plates?formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD) avec la mobilisation des différents partenaires dans le cadre de la coordination des actions par les Régions

LA PRISE EN COMPTE DES PARTICULARISMES OUTRE ? MER DANS LA LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE

Recommandation n°21 : Prendre en compte les particularismes outre ? mer dans la lutte contre le décrochage
4.4 Une trajectoire de mise en œuvre progressive
4.4.1 Préconisations
4.4.2 Calendrier prévisionnel : un déploiement en trois vagues, dans une logique de prérequis et de cohérence globale de
l’action
 

5. Conclusion

6. Annexes

6.1 ANNEXE 1 : Eléments de définition

6.2 ANNEXE 2 : Détails des visites terrain réalisées en phase n°1 (diagnostic)
6.3 ANNEXE 3 : Fiches recommandations & leviers
AXE 1 : UNE ECOLE BIENVEILLANTE ET EXIGEANTE
AXE 2 : UNE RESPONSABILISATION DE TOUS LES ACTEURS

AXE 3 : DES ALLIANCESEDUCATIVES AU SEIN DESETABLISSEMENTS ET AVEC LES PARTENAIRES

AXE 4 : UNE PLUS GRANDE SOUPLESSE DES PARCOURS ET UNE MEILLEURE ORIENTATION
AXE 5 : UN DROIT A UNE « NOUVELLE CHANCE» DE RETOUR EN FORMATION

LA PRISE EN COMPTE DES PARTICULARISMES OUTRE ? MER DANS LA LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE

LEVIERS : LES CONDITIONS DE REUSSITE DU PLAN D’ACTION
Introduction
Lutter contre le décrochage constitue une priorité majeure de politique publique ; en effet le décrochage représente un enjeu humain, un défi social, un coût économique. Il conduit chaque année 140 000 jeunes à quitter le système de formation initiale sans avoir obtenu une qualification équivalente au baccalauréat ou un diplôme à finalité professionnelle. Et malgré les dispositifs mis en place, 620 000 jeunes de 18 à 24 ans se trouvent ainsi dans notre pays en dehors de tout système de formation et sans diplôme du second cycle secondaire.
 
Enjeu humain, parce que pour plusieurs centaines de milliers de jeunes, l’Ecole et la formation sont vécues comme une source de mal?être. Défi social ensuite, puisque ces jeunes présentent des risques importants de ne pas réussir leur insertion sociale et professionnelle.
 
Enfin coût économique, car le décrochage génère des dépenses importantes pour la société, nettement supérieures à
celles correspondant à l’action des politiques publiques actuelles dans ce domaine.
 
Pour répondre à ces enjeux, le  Président de la République a fixé pour objectif de diviser par deux d’ici 2017 le nombre de jeunes sortant sans qualification du système éducatif.
 
La lutte contre le décrochage concerne tous les territoires, toutes les catégories de la société et toutes les formations. Au?delà de la question des apprentissages, la lutte contre le décrochage interroge la relation des élèves à l’Ecole en tant
qu’institution. Le décrochage concerne l’école en premier lieu, mais il doit mobiliser l’ensemble de la société civile.
Il s’agit de poursuivre la démarche partenariale engagée dès le début de cette évaluation avec l’ensemble des ministères
concernés, dans une dynamique inédite rassemblant la totalité des acteurs qui œuvrent aujourd’hui, de façon directe
ou indirecte, pour lutter contre le décrochage.
 
Si le plan de mesures, aboutissement de l’évaluation, a pour objectif  de répondre de manière ciblée aux problématiques
actuelles de lutte contre le décrochage, il vise plus largement à transformer le système éducatif en cohérence avec les
autres grands chantiers de réforme engagés par le gouvernement dans les domaines de l’éducation et de la jeunesse
(réforme du collège, priorité au primaire, éducation prioritaire, plan numérique pour l’école, consultation sur l’évaluation, Garantie Jeunes, etc.).
 
Seule une réponse systémique et adaptée aux besoins des jeunes permettra de mieux les « accrocher » à l’Ecole. La mobilisation de tous a permis d’élaborer un plan d’action qui fait système, elle est également la condition de réussite
de sa mise en œuvre.