PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Le Café :

Accéder au site source de notre article.


"Faut-il toucher à l’offre pédagogique ? Il faut mener une politique exactement contraire à celle menée sur les dix dernières années. Il ne faut pas différencier l’offre pédagogique mais au contraire la rendre plus homogène. Plus l’offre est diversifiée, plus la concurrence entre établissements est accentuée, plus les logiques de choix des parents sont stimulées, plus la ségrégation scolaire augmente. Il faut casser ce cercle vicieux qui aboutit à la constitution d’établissements ghettos. Pour revenir à plus de mixité sociale, il est indispensable de réduire les écarts d’offre scolaire et de revenir sur le modèle de la concurrence inter-établissement. Le modèle de la concurrence entre entreprises aboutit à la fermeture d’une partie d’entre elles. Ce n’est pas ce modèle qu’il faut appliquer à l’école : il revient à la fermeture des établissements désertés par les élèves. Il faut un système qui permet à tous, établissements comme élèves, de réussir. En Finlande, les évaluations des établissements ne sont communiquées qu’aux professeurs et chefs d’établissement avec une recherche des solutions pour progresser quand les résultats sont inférieurs à ceux attendus. Le principe n’est pas de classer, de montrer du doigt et de stigmatiser ceux, établissement et élèves, qui sont en difficulté mais de trouver des solutions. Le principe finlandais de la solidarité est plus efficace que celui de la concurrence. Un changement de politique scolaire est une nécessité scolaire mais aussi sociale et politique. La ségrégation scolaire attise les communautarismes, le repli  sur soi, les sentiments d’injustice et la violence. Lorsque, selon un récent sondage CSA d’avril 2012, 26% des jeunes de 18-24 ans ont l’intention de voter Front National, il est clair que notre école a échoué à promouvoir une société accueillante, confiante en elle-même et ouverte au monde."

Categories: Généralités

Répondre