PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Coopérer pour des politiques éducatives de territoires :

Accéder au site source de notre article.


"L’École est partie prenante des territoires afin que se fédèrent volontés et énergies pour l’acquisition par tous d’un socle commun de connaissances et de compétences auquel tous les temps éducatifs contribuent.
C’est le sens de «l’appel de Bobigny» et de ses propositions pour une véritable politique de l’enfance et de la jeunesse, appel que la Ligue de l’Enseignement a contribué à faire naître et qu’elle soutient avec près de 80 organisations et associations et autant de collectivités.
Pour une prise en compte des rythmes globaux de vie L’enjeu est de mettre en oeuvre à l’échelle des territoires une politique publique d’éducation portant sur la
globalité des temps éducatifs. Cette politique doit reposer sur le respect des rythmes de vie des enfants et des jeunes.
Le projet se construit au sein d’un service public qui articule temps collectifs et individuels dans une logique de parcours et d’accompagnements adaptés. Il s’inscrit tant dans les apprentissages des enfants et des jeunes que dans les temps de concertation des professionnels ou acteurs de l’éducation. Il repose sur
un diagnostic participatif et partagé, autour de démarches et valeurs fondatrices communes.
Pour une politique éducative partagée
Tous les acteurs de l’éducation, de la formation et de la politique de la ville doivent y être associés, notamment
les jeunes et leur famille, dans une logique participative réaffirmée. Tous les lieux et moments qui participent de ce maillage éducatif sont mis en
cohérence. Le projet de territoire inclut dans son élaboration le temps de sa mise en oeuvre ainsi que celui de son évaluation, en liaison avec des chercheurs en éducation. Ces stratégies territoriales, intégrant l’éducation prioritaire, permettent de combattre efficacement les inégalités. Elles sont des leviers de proximité pour s’attaquer aux discriminations, en particulier ethniques et culturelles.
Pour une carte scolaire garante de mixité sociale
Le système éducatif ne saurait entériner, voire renforcer les conséquences de la ségrégation socio-spatiale qui résulte notamment de la politique
du logement et de l’habitat. Dans le cadre de secteurs regroupant trois à quatre collèges ainsi que les écoles rattachées, chaque établissement scolaire, public ou privé, devra assumer une vraie hétéro – généité. Ces secteurs sont établis et révisés régulièrement par concertation entre autorités académiques et collectivités territoriales, après négociation avec les instances des établissements scolaires publics et privés soumis aux mêmes obligations.
Les établissements exposent dans leur projet les actions, méthodes et démarches retenues pour prendre en compte la mixité sociale et assurer que chaque élève puisse atteindre les objectifs fixés nationalement.
Ces secteurs scolaires font partie pensés en intégrant la préoccupation de l’accessibilité par des transports collectifs. Ils sont construits autour d’une offre diversifiée comprenant tous les types de lycées, les structures de formation professionnelle et de formation tout au long de la vie, ainsi que celles de l’enseignement supérieur. Ces bassins seront mis en place et revus périodiquement par les conseils régionaux après expertise des conseils économiques et sociaux régionaux (CESR) et en concertation avec l’État, les onseils généraux et, selon les cas, avec les communes ou intercommunalités."

Répondre