PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Victoires Editions – 2014 :

Accéder au site source de notre article.


Si l’institution scolaire constitue toujours la matrice nationale et locale qui réunit tous les territoires et ses habitants dans une même aspiration républicaine, il est évident qu’elle doit changer. Son rôle doit évoluer dans la société, tout comme son positionnement socié­tal, voire sa fonction, ses formes et ses représentations, et donc ses modalités d’actions et de relations qu’elle induit au sein des collec­tivités territoriales.

En effet, le mode par trop pyramidal de sa structure se confronte aujourd’hui à une société qui fonctionne de plus en plus en ré­seaux. L’institution est amenée à coopérer, partager, co-concevoir avec d’autres acteurs.

De plus en plus, la résolution des problématiques éducatives (dont scolaires) est étroitement liée aux « traitements sociaux » portés par d’autres acteurs publics de l’État et de plus en plus avec les agents des collectivités territoriales jouant un rôle d’interface important. Le « bureau des affaires scolaires » est remplacé de plus en plus souvent par celui plus global de « service éducatif », démontrant que les col­lectivités ont pris un essor qualitatif dans la gestion « éducatrice des temps comme des espaces ».

Pour accomplir sa mission, elle agrège de plus en plus de partenaires qui revendiquent une place légitime à la co-construction de l’action publique. La mise en place d’une organisation partagée des temps scolaires et périscolaires démontre que la construction globale au­tour de l’enfant – et pas seulement de l’élève – demande bien des efforts de « portage-partage » de connaissances et compétences en réciprocité. Cela constitue une avancée certaine dans la compréhen­sion des problématiques éducatives, de leurs enjeux, de leurs mises en oeuvre. En ce sens, c’est un levier de transformation des rapports sociaux.

L’action publique dans le champ éducatif se modélisera davantage sur la base de réseaux qui iront bien au-delà des conseils d’admi­nistrations des collèges. Il conviendra d’organiser des conférences territoriales de l’éducation regroupant les différents niveaux d’en­seignement sur la base au moins cantonale (ou d’agglomération) afin de donner cohérence à l’action publique. Un autre élément irréversible : si les outils numériques conduiront à l’évolution du fonctionnement pédagogique de l’école, l’utilisation des espaces et des temps pour les adultes devra être aussi recherchée pour que les écoles redeviennent des « maisons de savoir pour tous ».

Le projet éducatif et social global territorial

Si l’on considère que l’éducation se doit d’être « inclusive » et donc « partagée » dans son élaboration et ses pratiques, il convient que la démarche de co-construction et d’animation du projet collectif soit assise sur un projet éducatif et social global territorial dont les col­lectivités, en liaison avec les services de l’État, seront les porteuses. La société apprenante en réseaux demande cela. Une telle ambi­tion collective est nécessaire afin de dépasser les verticalités encore trop prégnantes et pour renforcer l’action collective. La commune avec l’intercommunalité de proximité restera ainsi l’espace social de construction effective de développement de l’action publique.

C’est pourquoi le rôle des élus au sein des conseils d’écoles ou d’éta­blissements revêt une importance majeure. En effet, il représente certes « le propriétaire » des lieux scolaires mais aussi celui qui ar­ticule de facto les problématiques scolaires, éducatives, sociales tel un apporteur de ressources, mais aussi un « agrégateur territorial de connaissances et d’expressions des volontés » de la population traduites par le Projet éducatif global qu’il anime. Avec la mise en oeuvre de la semaine scolaire telle qu’affirmée par la loi de « re­fondation de l’école », sa fonction transversale revêt une dimension novatrice tel « un passeur relieur » des préoccupations sociales avec et pour l’école. Il convient aussi d’entretenir des relations régulières avec l’inspecteur(trice) de l’Éducation nationale de circonscription, « ingénieur scolaire » au plan local.

La qualité des relations avec les représentants des associations de parents d’élèves est de nature à qualifier son positionnement de « médiateur » entre les différents protagonistes, les services de la ville et leurs agents. Il est aussi, au sein de la « communauté édu­cative », celui qui assure une fonction relais éminente au regard des projets culturels sportifs, environnementaux… à l’initiative de la ville et/ou des associations.

C’est pourquoi cette fonction représentant une charge lourde né­cessite d’être positionnée en « bonne place » dans la liste munici­pale ainsi qu’une disponibilité sans commune mesure avec d’autres élus. Bien connaître le fonctionnement des institutions partenaires est indispensable, d’autant plus lorsque cette fonction est assumée en EPCI. Mais, s’il n’est pas indispensable d’être un enseignant (au contraire) il ne faut pas non plus devenir un « chef de service ». Pas facile, surtout dans les communes moyennes tels les chefs-lieux de cantons ruraux.

C’est pourquoi le défi à relever pour l’élu(e) à l’éducation et à la formation tout au long la vie est de porter :

  1. – un idéal à travers une politique d’éducation inclusive, et donc par­tagée, fondée sur les valeurs de la République, la bienveillance et le bien-être de tous ;

  2. – une ambition d’éducation globale mobilisatrice des ressources (sur­tout humaines) dont celles des jeunes.

C’est donc un passeur éducatif et social dont il s’agit, mobilisant pour la cause de demain, tous les acteurs (y compris l’équipe muni­cipale et les différents services).

 

 

 

Sommaire

Présentation
Préface

Chapitre I
La vie municipale

Chapitre II
La vie intercommunale

Chapitre III
Les compétences communales et intercommunales et l’organisation administrative

Chapitre IV
Les finances communales et intercommunales

Chapitre V
Les élections des conseillers municipaux et communautaires

Chapitre VI
La communication locale

Chapitre VII
La vie municipale

Chapitre VIII
La vie municipale

Liens utiles

Répondre