PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
Sommaire
 
I. L’ambition éducatrice : les apports et les enjeux de la réforme
 
1.1. Des signes encourageants et de bonnes pratiques transférables
1.2. Une réflexion engagée sur les apprentissages et les pratiques pédagogiques conforte le bien-fondé de la réforme
a) prise en compte des temps de l’enfant
b) réflexion sur la (re)programmation des apprentissages
c) réflexion sur les pratiques pédagogiques
d) le temps de l’enseignant
1.3. Une ambition éducatrice partagée donne de la cohérence au projet
a) par la mise en lumière d’engagements politiques forts en matière d’enjeux éducatifs, tels que :
b) par la mise en place d’un parcours éducatif cohérent et partagé, en continuité entre scolaire et périscolaire
c) par l’intégration, dans le projet global, des projets d’école
1.4. Les maternelles, point d’attention, sont déjà l’objet d’évolutions
Première recommandation : Mettre en valeur la nouvelle organisation du temps scolaire à proprement parler et la plus-value en termes d’apprentissages
Deuxième recommandation : Penser et encourager la continuité et la cohérence éducatives
Troisième recommandation : Considérer avec une attention particulière les maternelles
 
II. Le partenariat, socle et clé de la réforme
 
2.1. Une politique partenariale solide permet une co-construction durable
a) la politique partenariale est installée dans la durée
b) l’état des lieux des activités et des ressources a été effectué au préalable

c) la mobilisation de toutes les directions de la ville –éducation, sport, culture, etc.- renforce la nécessité d’une collaboration interministérielle
d) la mutualisation des intervenants et l’optimisation des moyens existants à l’échelle communale ou intercommunale –personnels, locaux, transport- gomment d’inévitables difficultés structurelles,
particulièrement en milieu rural
e) la mise en place d’un contrat multi-partenarial
Enfance Jeunesse fluidifie substantiellement les rapports
2.2. Organes participatifs de concertation et de dialogue, outils de coordination, pilotage transversal, démarches d’évaluation… sont autant de leviers de réussite
a) l’élaboration du PEdT a fait l’objet d’une concertation soutenue entre familles, conseils d’école, associations, prestataires externes, personnels municipaux
b) la mise en place, dans la structure de pilotage, de groupes de travail permet une amélioration continue
c) la menée d’enquêtes préalables auprès des enseignants, ATSEM, animateurs, parents a permis de désamorcer des conflits probables
d) la mise en place de relais de coordination dans chaque groupe scolaire permet d’articuler de façon plus fluide temps scolaire et temps périscolaire
e) l’existence de passerelles entre les différentes structures « Petite enfance / Enfance / Jeunesse » peut se révéler un point très positif
2.3. Des modalités multiples et complémentaires d’information aux familles sont aussi des facteurs de réussite
2.4. Le recrutement et la formation de qualité des intervenants sont un enjeu majeur
Quatrième recommandation : Bien articuler choix politiques et choix opérationnels, bien informer, bien piloter, bien coordonner
Cinquième recommandation : Bien former tous les intervenants
 
III. Temps scolaire, temps périscolaire : utiliser au mieux les possibilités d’aménagement qu’offre la réforme
 
3.1. Des organisations et des aménagements variables
a) aménagements horaires
b) diversification des activités
c) investissement utile de la pause méridienne
d) organisations innovantes dans certaines communes rurales
3.2. Des transitions à construire de façon concertée entre temps scolaire et temps périscolaire et à bien formaliser
Des protocoles de « transfert de responsabilités » pour l’articulation des temps scolaire/périscolaire sont mis en place.
une charte partagée par les enseignants et les animateurs.
Des « règles de vie » pour les activités périscolaires la nécessité de préparer les élèves au retour en classe après la pause méridienne ;
3.3. La question des locaux reste un point d’attention important
3.4. Le financement de la réforme reste un point d’inquiétude pour les collectivités
Sixième recommandation : Soigner les transitions
Septième recommandation : Soutenir les territoires en difficulté dans leur réflexion
Huitième recommandation : Bien informer sur les sources de financement