PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

En 2014, les Écoles de la 2e Chance ont accueilli 14 385 jeunes sans qualification pour accompagner leur intégration sociale, citoyenne et professionnelle. Une très légère progression de 1,7 % par rapport à 2013.

Ces jeunes, d’un âge moyen de 20,5 ans et de niveau infra V pour 87 % d’entre eux, saisissent une deuxième chance, dans l’un des 107 sites existants sur le territoire, de se construire un avenir, dans une École sur mesure.

Avec six sites nouveaux prévus dans le courant de l’année 2015, les effectifs accueillis devraient atteindre 15 155 jeunes à fin 2015, conformément aux mesures prévues dans le cadre du Comité Interministériel “égalité et citoyenneté” de mars 2015. Au cœur de la problématique sociale des jeunes sans qualification en voie d’exclusion, les E2C sont un complément aux efforts de l’enseignement initial sur les décrocheurs et un outil des politiques publiques pour les emplois de demain.

A fin 2014, avec 107 sites sur le territoire, le Réseau E2C France est présent dans 18 Régions et 48 départements en métropole et 4 ultramarins.

UN PUBLIC ÉLOIGNÉ DU MONDE DU TRAVAIL

Les caractéristiques du public accueilli se stabilisent depuis plusieurs années.

La parité, respectée, reste proche entre 2013 et 2014, 53 % de femmes et 47 % d’hommes. Peu de différence de profil entre les hommes et les femmes qui entrent dans une École. Deux points sont, cependant, à noter : les Écoles accueillent plus de jeunes femmes que d’hommes qui n’ont pas la nationalité française (12 % des femmes contre 8 % des hommes) et plus de jeunes femmes issues des quartiers Politique de la Ville (38 % des femmes contre 36 % des hommes).

La moyenne d’âge s’allonge légèrement, de 20,4 à 20,5 ans, entre 2013 et 2014 ; le cœur de cible, pour 44 % des publics accueillis, reste la tranche  d’âge de 20 à 23 ans.

La part des jeunes “urbains” a été en progression de 84 à 88 % du public accueilli entre 2010 et 2013, elle reste stable en 2014 à 88 %.

De même, la part des jeunes issus des quartiers Politique de la Ville reste au même niveau à 37 %.

La part des jeunes “demandeurs d’emploi depuis plus d’un an” baisse de 19 à 17 % entre 2013 et 2014.

C’est sur le “niveau” à l’entrée que l’on constate les plus importantes évolutions, en 2014.

Lire la suite : http://www.reseau-e2c.fr/actualites/3183-rapport-dactivite-15-000-jeunes-accueilis-en-perspective.html