PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Conclusion de la recherche : "S’il  y  a  une  leçon  générale  à  tirer  des  résultats  de  la  recherche  en  sciences  sociales   pour  l’action  publique,  c’est  que  l’amélioration  de  notre  système  éducatif  ne  peut  passer   que  par  une  compréhension  plus  fine  des  configurations  et  mécanismes  institutionnels  qui   permettront   ou   non   à   une   réforme   donnée,   quelle   qu’elle   soit,   de   produire   les   résultats   escomptés   en   termes   d’efficacité   et   d’égalité.   Même   lorsque   la   pertinence   théorique  d’une  réforme  fait  consensus,  il  est  très  difficile  d’en  prévoir  les  conséquences   effectives  une  fois  mise  en  place  dans  un  contexte  précis.  Toute  modification  du  système   scolaire   n’affecte   pas   seulement   ses   cibles   affichées  :   elle   produit   implicitement   des   effets   sur   l’ensemble   des   équilibres   institutionnels   et   notamment   sur   les   acteurs   administratifs   et   pédagogiques,   dont   les   réactions   et   adaptations   à   ces   évolutions   détermineront   fortement   les   résultats   de   la   politique   publique.   S’il   est   à   l’évidence   illusoire   de   penser   que   la   recherche   pourrait   prévoir   l’intégralité   de   ces   effets,   de   nouvelles  analyses  sur  les  processus  d’application  des  politiques  passées  permettrait  de   mieux   guider   les   choix   du   décideur   public,   de   même   qu’un   accent   plus   fort   mis   sur   l’étude   des   canaux   de   transmission   par   lesquels   une   réforme   produit   ses   effets.   Par  exemple,   savoir   qu’augmenter   l’équipement   informatique   d’un   établissement   aurait   permis  d’améliorer  ses  résultats  dans  un  contexte  particulier  (national  ou  local)  est  une   chose,  comprendre  pourquoi  cet  équipement  a  eu  cet  impact  en  est  une  autre  et  reste   indispensable  pour  prévoir  s’il  aura  le  même  effet  dans  un  autre  contexte.  Pour  cette   raison,   il   paraît   d’une   part   nécessaire   d’accroître   l’effort   de   recherche   en   sciences   sociales   sur   certains   contextes   moins   étudiés   que   d’autres   (parfois   par   manque   de  données  pour  ce  qui  concerne  les  études  quantitatives)  comme  le  lycée,  l’enseignement   supérieur  ou  les  zones  rurales.  D’autre  part,  il  semble  indispensable  que  des  études   soient  menées  sur  l’organisation  interne  des  établissements  et  le  rôle  de  certains  acteurs   clés   auxquels   la   recherche   s’est   peu   intéressée   (comme   les   conseillers   principaux   d’éducation   par   exemple)   afin   d’avoir   une   connaissance   plus   précise des   modalités   pratiques   par   lesquelles   une   politique   publique   prendra   forme   et   pourra,   ou   non,    produire  les  effets  escomptés." 

SOMMAIRE

AVANT-­?PROPOS
PARTIE  1  :  L’ORGANISATION  DU  SYSTEME  D’ENSEIGNEMENT  ET  SES  EVOLUTIONS 
I   –   LA   MASSIFICATION   SCOLAIRE  :   DES   INEGALITES   D’ACCES   AUX   ETUDES   SECONDAIRES   A   LA  DIFFERENTIATION  HORIZONTALE  DES  PARCOURS  SCOLAIRES
II  –  LA  DIFFERENTIATION  DES  PARCOURS  SCOLAIRES  EN  FILIERES  DISTINCTES
III   –   LA   COMPLEXITE   DE   LA   REFORME   DE   L’INSTITUTION   SCOLAIRE  :   L’EXEMPLE   DU  REDOUBLEMENT.
IV  –  LA  GOUVERNANCE  DU  SYSTEME 

PARTIE  2  :  LA  SEGREGATION  SCOLAIRE 
I  –  MESURER  LA  SEGREGATION 
II  –  LES  FACTEURS  DE  LA  SEGREGATION 
III  –  LES  «  EFFETS  DE  PAIRS  »  OU  LES  EFFETS  DE  LA  SEGREGATION 

PARTIE  3  :  LA  GESTION  DES  MOYENS  DU  SYSTEME  SCOLAIRE 
I  –  L’IMPORTANCE  DE  LA  DEPENSE  PUBLIQUE  REMISE  EN  QUESTION
II  –  AMELIORER  LA  «  QUALITE  »  DES  ENSEIGNANTS  ? 
III  –  CHANGEMENTS  ORGANISATIONNELS  ET  POLITIQUES  INCITATIVES 

CONCLUSION 

BIBLIOGRAPHIE  COMPLÈTE
       
 

Document(s) associé(s) :

pdf/IDF_DISCRIM__LY.pdf

Répondre