PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

MEN : Note d’information – N° 12.15 – septembre 2012 :

Accéder au site source de notre article.


Deux indicateurs permettent d’estimer le faible niveau d’études des jeunes.
L’indicateur des sortants de formation initiale sans aucun diplôme ou avec uniquement le brevet des collèges permet de quantifier le faible niveau d’études au moment clé où les jeunes entrent sur le marché du travail. Ainsi, 122 000 jeunes quittent la formation initiale sans avoir obtenu de diplôme ou uniquement le brevet des collèges chaque année en moyenne à la fin des années 2000.

L’indicateur des sortants précoces est, quant à lui, un indicateur européen. En 2011, 11,9%des jeunes âgés de 18 à 24 ans sont des sortants précoces. Ces jeunes sont sans diplôme ou diplômés uniquement du brevet des collèges et ne sont pas en situation de formation, quel que soit le type de la formation.

Ces deux indicateurs sont différents à la fois sur leur mode de calcul et sur ce qu’ils cherchent à mesurer, mais ils restent cohérents entre eux  Différences avec les décrocheurs repérés par le dispositif du SIEI

En lien avec la volonté européenne de promouvoir une société et une économie fondées sur la connaissance, la loi française
n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 ainsi que le plan Agir pour la jeunesse actent le principe de repérage des décrochés
et l’organisation de la coordination locale. Lors de la délibération du 2 décembre 2010, la CNIL autorise la mise en oeuvre d’un
système interministériel d’échange d’information (SIEI) pour le plus de 16 ans.
 

Au sens du SIEI, les décrocheurs sont les jeunes qui ne terminent pas un cycle de formation avec succès. Plus précisément, ce sont des élèves scolarisés l’année scolaire précédente (même seulement une partie de l’année) n’ayant pas obtenu le diplôme correspondant au cursus scolaire dans lequel ils étaient inscrits et qui ne sont pas scolarisés ou apprentis l’année scolaire en cours.

Ils doivent avoir atteint 16 ans à cette date.
Au 30 octobre 2011, 233 000 décrocheurs sont comptabilisés en France métropolitaine et dans les Dom. Selon l’enquête Emploi en continu, 122 000 jeunes sont sortis de formation initiale sans aucun diplôme ou avec uniquement le brevet des collèges en
France métropolitaine en moyenne en 2008, 2009 et 2010. L’écart entre ces deux chiffres s’explique par plusieurs phénomènes non disjoints :
– il existe une différence de champ. Si le champ des décrocheurs contient la France métropolitaine et les Dom, celui des 122 000 sortants avec au plus le brevet est la France métropolitaine. Parmi les 233 000 décrocheurs, environ 15 000 sont des jeunes habitant dans les Dom ;
– comparé aux remontées administratives exhaustives du ministère de l’éducation nationale en France métropolitaine, l’enquête
Emploi sous-estime le stock d’effectifs scolaires d’environ 5 %.

Sous l’hypothèse que cette sous-estimation est valable également sur les flux des sortants, on peut considérer que l’enquête Emploi sous-estime de 6 000 le nombre de jeunes sortants avec au plus le brevet ;
– certains décrocheurs peuvent être diplômés d’un CAP, d’un BEP ou d’un diplôme plus élevé. Ils ne sont donc alors pas comptabilisés parmi les122000jeunes sortantsavecauplus lebrevet des collèges.

D’après l’exploitation du panel DEPP des élèves entrants en 6e en 1995, environ un quart des jeunes repérés comme décrocheurs possèdent au moins le CAP. Rapportés aux 233 000 décrocheurs comptabilisés au 30 octobre 2011, environ 60 000 d’entre eux sont diplômés au moins d’un CAP ou d’un BEP. Il resterait donc un écart d’environ 30 000 jeunes entre les deux
sources. Il faut rappeler que le dispositif des décrocheurs n’est pas un outil statistique.

Pour des raisons techniques, il manque probablement des appariements d’informations nécessaires à un repérage optimal des décrocheurs. Par ailleurs, le nombre de décrocheurs est arrêté à une date donnée alors que celui des sortants avec au plus le brevet des collèges est issu d’une moyenne estimée sur trois années. De même, l’enquête Emploi, quant à elle, comporte, comme toute enquête, des marges d’incertitude.

Enfin, rappelons qu’il existe également une autre différence, mais qui tend cette fois-ci à augmenter l’écart entre les deux sources : si les apprentis ne validant pas leur année par un diplôme ne sont pas pris en compte dans le champ des décrocheurs, ils sont inclus dans celui des sortants de formation initiale. Parmi les 122 000 sortants de formation initiale sortants avec au plus le brevet en France métropolitaine, 5 000 étaient apprentis à ce moment-là.

Au final, il reste un écart de près de 35 000 jeunes vraisemblablement imputable aux limites mentionnées des sources mobilisées.du point de vue de leur mesure.

Répondre