PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In La lettre du Comité mondial pour les apprentissages tout au long de la vie- N° 1 Mars 2012 :

Accéder au site source de notre article.


"Ville apprenante :une composante d’un nouveau paradigme éducatif « apprentissage tout au long de la vie » ou d’une révolution ?
C’est la ville toute entière, le « cadre d’expérience » qu’elle constitue, l’ambiance et les interactions qu’elle crée, ou permet de créer et la recomposition des ressources, qui participent à ce nouveau paradigme né de cet environnement devient essentielle. Travailler sur l’éducation signifie travailler avec les responsables des politi-ques sociales et urbaines et des politiques d’amé-nagement, les urbanistes, les architectes ainsi que le tissu économique, culturel, associatif dans sa diversité. « Toute la ville est une source d’éduca-tion. Elle éduque à travers ses institutions éducatrices traditionnelles, ses projets culturels, mais aussi à travers sa planification urbaine, ses politiques environnementales, ses moyens de communica-tion, son tissu productif et ses entreprises », dit la Charte internationale des villes éducatrices.
Cependant derrière ce dynamisme et la richesse du mouvement "ville apprenante", ne négligeons pas quelques écueils possibles :
1 – Une mobilisation des acteurs, voire une participation qui ne va pas de soi : il y a une difficulté réelle à associer l’ensemble des acteurs à une démarche complexe, exigeante, ouvrant sur l’incertitude et sans effets lisibles immédiatement. Il y a aussi les effets de concurrence et d’objectifs contradictoires.
2 – La reconsidération pour les formateurs de leurs compétences : les nécessaires évolutions, mobilités qui en découlent pour intégrer une démarche globale d’apprenance généralisée est tout sauf simple. Ils ont à évoluer dans leurs pratiques, leurs postures. Les résistances sont souvent fortes mais une ville apprenante ne peut s’appuyer que sur des formateurs eux-mêmes apprenants (« sinon on va dans le mur » disait un spécialiste de la ville éducatrice).
3- le thème de l’éducation et de la formation tout au long de la vie ne doit pas conduire à scolariser la formation et la vie sociale : Si le secteur de l’éducation formelle doit nouer des liens avec celui de l’éducation informelle pour valoriser la globalité de l’apprentissage; il doit établir des partenariats avec les autres secteurs de la société; sans pour autant les prendre en otage.
4- Enfin il faut rester vigilant sur la possible reconduite d’inégalités connues ou d’inégalités nouvelles et sur l’impact de l’apprentissage tout au long de la vie sur l’exclusion sociale.
En conclusion
Ainsi, la « ville éducatrice », à l’opposé d’une logique qui confierait l’éducation aux seules institutions légitimes, implique une forte dynamique communautaire, fondée sur la mobilisation des savoirs de tous sans exclusive au service du développement et de la créativité. du territoire"

Répondre