PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

 

Modalité de formation qui fait appel à une succession de périodes de mise en situation en entreprise et de formation en centre de formation. Cette pédagogie vise l’enrichissement de la théorie par la pratique et réciproquement. Les contrats de qualification, contrat d’orientation et contrat d’adaptation sont des exemples de contrat de formation en alternance. On parle aussi de formation en alternance dans le cadre de la formation initiale pour les cycles de formation professionnelle comportant des périodes de stage en entreprise (16 semaines pour le baccalauréat professionnel qui représente une formation par alternance sous statut scolaire, conçue en 1985). L’alternance est apparue en 1935, dans le Lot et Garonne, avec la mise en place d’une Maison Familiale Rurale, Sanselme, 1999. Une MFR est un établissement scolaire qui pratique l’alternance et qui repose sur la responsabilité des familles. Pour C.Sutter, 1993, il n’y a pas une forme d’alternance mais plusieurs que l’on peut ordonner selon le niveau d’intégration qu’elles assurent. Trois cas de figure peuvent être envisagés selon les méthodes mises en oeuvre: – (l’alternance juxtaposée pour une grande partie des stages sous statut scolaire, surtout quand l’évaluation du stage n’entre pas dans l’attribution d’un diplôme;

– d’alternance empirique pour les stages de type (bac pro) et les périodes en entreprise des contrats de qualification sans objectif d’embauche à l’issue du contrat;

– l’alternance intégrative  rencontrée dans les actions de type (Nouvelles qualifications) et les contrats en alternance ayant comme finalité l’embauche à l’issue des contrats. Alterner de façon formative et non pas seulement juxtapositive des périodes d’études, de travail. .. et de non travail se heurte à une série d’oppositions structurant profondément les esprits et les institutions: opposition entre théorie et pratique; entre savoirs formalisés et savoir-faire; entre logique de formation et logique de production; entre liberté intellectuelle et contraintes professionnelles … (Revue française de pédagogie, nOl28, juillet septembre 1999). Trente années après la création des séquences éducatives en entreprise pour les CAP et les BEP (Ministère Beullac, 1979), les relations école-entreprise sont dissymétriques; ce sont les établissements scolaires qui initient ces « stages) et qui tentent d’en formaliser l’organisation et la validation. les réponses des entreprises s’organisent sur le mode du bénévolat ou de l’investissement individuel de tuteurs dont les fonctions ne sont ni valorisées, ni reconnues dans l’entreprise: « l’extension de l’alternance ne s’enracine donc pas dans une institutionnalisation, propice à légitimer ses fonctions de formation et de certification ), C. Agulhon, 2000. G. Vanderpotte, 1992, voit trois approches de l’alternance selon les objectifs poursuivis: – l’alternance «économique): l’entreprise développe l’alternance parce qu’elle y voit un avantage économique immédiat par la main d’oeuvre occasionnelle qu’elle procure, régulatrice d’un excès de charge de travail avec un niveau de salaire et de charges sociales limitées; – l’alternance  civique):est l’entreprise citoyenne qui accueille des jeunes, sollicitée par les organismes de formation et les pouvoirs publics; -l’alternance « productrice de compétences): l’entreprise a le projet de recruter et elle a tout intérêt économiquement et socialement à construire les compétences professionnelles des jeunes. Ces trois approches se recoupent lorsqu’il s’agit de définir les  finalités de l’alternance. F. Vincent, 1981, propose quatre finalités: un système d’emploi; un système de formation; un système d’information et d’orientation; un système de changement et d’innovation par l’entreprise. Selon B. Schwartz, 1981, l’alternance est un moyen de lutte contre les inégalités, un facteur de motivation et d’orientation, un moyen de lier formation et action, un facteur d’insertion sociale, le premier maillon de l’éducation permanente, enfin une pédagogie de la réussite. « Mais il ne précise pas dans son analyse que l’orientation peut être le fait d’un processus institutionnel, et qu’un tel processus peut très bien être bouleversé par l’alternance, telles par exemple, les politiques de recrutement des entreprises), A. Monaco, 1993. l’alternance permet d’apprendre d’une autre manière, ce qui ne s’enseigne pas à l’école. la formation par alternance s’accompagne le plus souvent de la rédaction d’un mémoire professionnel articulant les deux « sphères) (ex: le mémoire professionnel élaboré dans le cadre des études à l’lUFM). Pour certains auteurs, l’alternance est vue comme une pratique de certains types d’entreprises pour gérer la main d’œuvre juvénile (un réservoir d’appoint non négligeable) ou encore comme un modèle pédagogique destiné à des fractions de la jeunesse qui cumulent des difficultés sociales,

scolaires, et comportementales. Pour V. Merle, professeur au CNAM, 2004, on devrait admettre que « l’alternance ne concerne pas seulement les jeunes non qualifiés mais qu’elle Francis Danvers constitue une voie pour permettre à tous ceux qui le souhaitent, quel que soit leur niveau de formation initiale, de compléter leur formation scolaire ou universitaire par une période de "professionnalisation" ".

 

Categories: Le mot clef

Répondre