PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly
Le Recteur Olivier Dugrip a présenté aux Boussoles du numérique à Cenon « ce que peut être une politique académique en matière de développement et des usages du numérique ».
Objectif premier : « l’équité sur tout le territoire pour chaque élève, afin de ne laisser personne au bord du chemin. »
Le plan complet et détaillé qui décline en académie la politique nationale du Ministère de l’Education Nationale  est ainsi présenté à l’assemblée.
Le choix pour cette présentation, des « Boussoles du Numérique », dans la belle salle du Rocher Palmer à Cenon, où se côtoient enseignants du premier et du second degré, IEN, IPR,Inspecteurs généraux, directeurs d’école, personnels de direction d’EPLE, parents, élus, industriels, est tout aussi unique et symbolique de la place qu’occupe aujourd’hui cette rencontre dans l’agenda du numérique pour l’Education en France.
L’Association Nationale des Acteurs de l’Ecole, est l’organisatrice de ce rendez- vous national annuel dont le thème cette année, après celui des « orientations» en 2013, s’intéresse aux « navigations » du système éducatif et de ses acteurs dans cet océan du numérique qui bouleverse aujourd’hui la société.
Tenant à rencontrer les industriels et les éditeurs partenaires de cet évènement, le Recteur DUGRIP a été impressionné par la qualité et l’originalité des matériels et des solutions pédagogiques présentés sur les « l@bs des comptoirs ».

Rappelant les initiatives de l’académie de Bordeaux dans le champ du numérique éducatif, il ne manque pas « de saluer l’investissement des collectivités territoriales pour leur politique volontariste en la matière »
« Nous vivons actuellement une période charnière, dit-il .. l’école a entamé un processus de bascule dans l’ère du numérique ».
A l’échelle de l’académie, « la mission du Recteur consiste à relayer la politique nationale tout en prenant en compte les caractéristiques locales ».

L’objectif premier pour Olivier DUGRIP, et il le redira à plusieurs reprises, « c’est bien l’équité sur tout le territoire » afin que « le numérique soit un outil au service de l’intelligence pédagogique pour chacun des élèves »

Cet objectif premier figure « dans la feuille de route du numérique qui fixe les caps et les orientations en matière de gouvernance partagée avec les collectivités partenaires. »
Ce principe d’équité doit en effet s’appliquer « pour l’offre d’Espace Numérique de Travail dans les écoles, les collèges et les lycées ». Pour les lycées, cela devrait se réaliser rapidement avec LéA l’ENT aquitain choisi par la Région aquitaine dont la V3 – en attendant la V4 en préparation- est en place dans les 154 lycées depuis la rentrée 2014. La situation est différente dans les collèges et les écoles où les projets sont à des stades différents selon les territoires (généralisation, expérimentation ou encore étude préalable). Ainsi en Gironde, le Conseil général et la DASEN ont décidé de « réaliser une analyse comparative économique, technique et fonctionnelle des solutions existantes et tester l’ENT LÉA de la Région Aquitaine avec 5 collèges. La solution Beneylu school est proposée aux écoles dans les Landes avec L@ndecoles, comme en lot et Garonne avec Ecoles 47, ou en Gironde et Dordogne avec Alienor.

Les collèges connectés, dont la Directrice du Numérique pour l’Education considère qu’il est un des projets phare du Ministère, doivent voir leur nombre s’accroitre en académie. C’est en effet certainement dans ces 300 établissements que se fera le déploiement de tablettes en classe de cinquième prévu à la rentrée 2015 dans le plan numérique pour l’Ecole annoncé par le Président de la République.
« La formation des enseignants au et par le numérique » doit donc s’accélérer pour que déjà dans les établissements et particulièrement ces collèges, ces outils soient utilisés pour une réussite du plus grand nombre d’élèves.

La formation continue des personnels et des enseignants en particulier, c’est bien une des missions premières de l’Etat qui se fera dans l’académie en inter degré. Une dotation ministérielle supplémentaire de 2 millions d’euros doit y contribuer.
Mettre en réseau les acteurs et former les personnels constitue en effet une necessité afin de franchir l’étape indispensable de l’adhésion de l’ensemble des communautés éducatives à l’usage du numérique en classe. Pour valoriser ces pratiques , « savoir faire et faire savoir » deviennent une nouvelle priorité.
 
Tous les champs de l’Ecole Numérique sont abordés par le Recteur dans ce programme ambitieux mais réaliste et pragmatique « car c’est sur le terrain que tout se passe , que tout se joue… ».
 
Claude TRAN