PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et à ce titre présidente de l’Union Nationale du Sport Scolaire, a ouvert l’Assemblée Générale de la fédération aux côtés de Laurent Petrynka, Directeur national, jeudi 6 novembre 2014.

Monsieur le Directeur National,
Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord merci, Monsieur le Directeur, pour vos propos et pour votre accueil chaleureux. Je dois dire qu’il est toujours émouvant de s’exprimer après une minute de silence et je tiens moi aussi à saluer l’engagement de Madame Sels au service du sport scolaire. Je pense que le meilleur hommage que nous puissions lui rendre aujourd’hui, c’est d’être pleinement dans la vie, dans la célébration des belles missions qui nous réunissent autour du sport scolaire.

C’est la première fois que je participe à votre assemblée générale et je saisis cette occasion pour vous adresser à tous mes remerciements : aux membres de l’AG de l’UNSS, et à tous les professeurs d’EPS. Vous transmettez, inlassablement et avec passion, l’amour du sport aux élèves ; vous vous impliquez au quotidien pour faire vivre le sport scolaire. Je vous en remercie.

Je voudrais, aujourd’hui, vous dire trois choses.

D’abord, vous dire que je suis très attachée au fait de présider cette instance parce que, en tant qu’ancienne ministre des sports et aujourd’hui ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, j’en suis persuadée, le sport scolaire et l’école sont indissociables. Cela relève pour moi de l’évidence.

Ils sont indissociables de par leur histoire commune et de par les valeurs communes qu’ils véhiculent.

D’abord, notre histoire commune. C’est toujours émouvant de faire une longue route, un long chemin avec un partenaire associatif : certes, du temps a passé depuis l’Office du sport scolaire et universitaire (OSSU) des années 1930. Mais vous nous accompagnez depuis avec fidélité au service du développement du sport scolaire et je vous en remercie.

Nos valeurs communes, également, vous les connaissez bien évidemment. Elles sont au cœur du rôle éducatif du sport scolaire et s’inscrivent pleinement dans les engagements sociétaux de l’UNSS.

C’est d’abord le goût de l’effort et de la persévérance : ne pas renoncer face à la difficulté, apprendre à se préparer à une échéance, goûter au plaisir du dépassement de soi. Ces valeurs, je le crois, sont utiles dans la durée dans le parcours d’un jeune.

Nos valeurs communes, c’est aussi la volonté de progresser : cette notion de progrès est inhérente à la pédagogie même de l’école et elle est aussi au cœur de la pratique sportive.

Et puis ces valeurs communes que partagent l’école et le sport scolaire, c’est bien sûr aussi la notion de respect. Le sport scolaire, c’est apprendre le respect des règles, le respect des autres et le respect de soi et, par là-même, renforcer sa confiance en soi.

Parce qu’école et sport scolaire sont indissociables, le ministère de l’éducation nationale y consacre des moyens particulièrement importants, et c’est là le second point que je souhaitais souligner.

Les 3 heures d’activités sportives qui entrent dans le cadre de l’UNSS font partie de l’obligation de service des professeurs d’éducation physique et sportive. Cela représente plus de 5000 ETP par an. C’est un engagement important de notre part.

Nous avons d’ailleurs récemment sécurisé le dispositif en prenant un important décret, le 7 mai dernier, pour rappeler que ces 3h faisait bien partie du service hebdomadaire des enseignants d’EPS.

Ce sont ces moyens qui rendent le sport accessible, combinés avec la politique de l’UNSS de pratique des licences peu coûteuses, à moins de 20 €.

Cette accessibilité sera d’ailleurs renforcée, puisque je suis heureuse d’annoncer que l’UNSS prévoit, dès la rentrée prochaine, de diviser par deux le montant du contrat d’adhésion des associations sportives scolaires à l’UNSS nationale pour les 102 collèges préfigurateurs du REP + et pour les lycées professionnels qui figureront dans la carte de l’éducation prioritaire. C’est un effort important qui est consenti par l’UNSS pour permettre aux élèves les moins favorisés d’accéder encore plus facilement au sport, pour que l’argent ne soit pas un frein à la pratique sportive. Bien sûr, cet effort financier ne suffit pas à lui seul à attirer les jeunes vers la pratique sportive. Pour cela, il faut aller les chercher, les motiver, notamment les filles, notamment les élèves des quartiers défavorisés. Il faut aller les chercher, parce que pratiquer un sport n’est pas naturel pour tout le monde. Je sais que l’UNSS est très impliquée sur ces deux sujets que sont l’accès du sport aux élèves des zones prioritaires et aux filles. C’est essentiel pour démocratiser la pratique sportive.

Profitons également de notre projet d’année européenne du sport scolaire et universitaire en 2015-2016 pour construire une dynamique et amplifier l’envie de faire du sport. Nous avons la chance d’avoir un calendrier sportif jalonné d’évènements sportifs majeurs, avec les championnats d’Europe de basket en septembre 2015 et l’Euro de football à l’été 2016 : appuyons-nous sur ces évènements, avec toujours trois objectifs pédagogiques en tête :

  • Valoriser la pratique du sport à l’école, tant avec les enseignements d’EPS que le sport scolaire ;
  • Utiliser le sport comme outil pédagogique qui contribue aux différents domaines de formation du socle de connaissances, de compétences et de culture ;
  • Mobiliser le sport pour renforcer le lien entre les parents et le milieu éducatif : je le rappelle, je souhaite que les parents aient une place dans la dynamique sportive que nous construisons pour 2015-2016.

J’en viens à présent à l’ordre du jour de notre assemblée générale extraordinaire. Vous avez évoqué, Monsieur le Directeur, certains des sujets qui vont occuper nos discussions aujourd’hui. Je voudrais y revenir un instant, en évoquant deux évolutions qui attirent particulièrement mon attention dans les statuts qui sont présentés à cette assemblée générale.

Première évolution notable : l’introduction dans les statuts du principe de laïcité. Ce principe n’était bien évidemment pas absent de votre action auparavant, mais le fait de l’ajouter aux statuts est une nouvelle preuve de la responsabilité sociale et citoyenne qui caractérise l’UNSS.

Seconde évolution : des représentants des collectivités territoriales et des élèves font leur entrée au sein de l’AG de l’UNSS. J’en suis très heureuse. Je suis favorable à une école ouverte sur tous les acteurs qui la composent et cette évolution me semble aller dans le bon sens.

Je conclurai en indiquant que dans la dynamique que nous construisons pour 2015-2016, l’UNSS doit pleinement jouer son rôle de passerelle entre le monde scolaire et le mouvement sportif. Tous les partenariats que l’UNSS développera avec les fédérations sportives iront donc dans le bon sens et j’espère que ce mouvement partenarial se poursuivra avec l’année européenne du sport scolaire et universitaire, entre tous les acteurs du sport et notamment ceux du mouvement sportif paralympique, pour garantir toujours plus d’accessibilité au sport.

Voilà ce que je souhaitais vous dire aujourd’hui. Je ne peux malheureusement pas assister à la suite de vos travaux, mais il était important pour moi d’être présente pour m’adresser à vous, même un court instant. Guy Waiss, à qui je passe le relais, assurera la présidence en mon nom pendant la suite de vos travaux.

Discours de Najat Vallaud-Belkacem, Assemblée nationale de l’UNSS, jeudi 6 novembre 2014
Seul le prononcé fait foi