PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Angers Mag – le 24 mars 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Enseignant-chercheur en psychologie à Lille 3, Claire Leconte a conseillé Vincent Peillon, le ministre de l’Education, en amont de sa réforme des rythmes scolaires. à Angers, elle a suivi et analysé l’expérimentation menée à l’école de l’Isoret.

Claire Leconte.

Pour quelles raisons principales les rythmes scolaires, tels qu’ils sont proposés en France, ne conviennent-ils plus à nos enfants ?
« Parce qu’ils introduisent de nombreuses ruptures au cours de la semaine, tout à fait déconseillées pour la nécessaire régularité du rythme veille-sommeil de l’enfant. Ils ont aussi massifié les apprentissages sur quelques jours, ce qui ne permet pas à chaque enfant de les mener à bien le plus efficacement possible. De plus, la suppression de deux heures hebdomadaires introduite par le décret de 2008, pour réaliser un programme plus chargé qu’il ne l’était auparavant, conduit à supprimer très souvent les matières considérées comme moins « nobles » que les maths et le français. »

Dans ces conditions, la semaine de quatre jours apparaît comme un contresens. Comment a-t-on pu en arriver là ?
« Elle est reconnue comme tel depuis qu’elle existe, en France uniquement, soit en 1991. Le mercredi férié apparaissait comme une journée nécessaire pour le repos en milieu de semaine, et ceux qui pouvaient avoir leur week-end complet ont profité de la situation imposée et se sont tus pour ne pas le perdre. Ce sont donc les enfants, une fois de plus, qui ont fait les frais de l’égoïsme des adultes comme les scientifiques l’ont écrit en 1995. »

Quelle organisation de rythmes serait, selon vous, sinon idéale, la mieux adaptée possible aux écoliers ?
« L’idéal serait de provoquer le moins de ruptures possibles au cours de la semaine et de répartir le plus harmonieusement possible l’ensemble des apprentissages à réaliser. Une semaine de six jours peut répondre à ces critères. Mais il est nécessaire aussi de considérer que c’est le matin que les enfants de tous âges ont la meilleure disponibilité aux apprentissages. Allonger ce temps jusque 4 heures permet d’équilibrer la répartition de séquences coûteuses cognitivement avec d’autres introduisant la motricité et d’autres encore permettant la mise en œuvre de l’imaginaire, de la créativité. Répartition réclamée depuis 1962 ! »

Quels principaux enseignements tirez-vous de l’expérience menée à l’école de l’Isoret à Angers ?
« Cette expérience s’est installée très vite, sans que n’ait pu être construit un projet éducatif permettant de donner de la cohérence aux temps scolaires et non scolaires. Des ajustements ont dû se faire au cours de ces années et le lien nécessaire entre les deux temps est en train d’être travaillé. C’est aussi un projet fortement porté par le directeur de l’élémentaire et la directrice de la maternelle. Il faut du temps pour que son appropriation devienne collective. Mais une matinée de classe supplémentaire est un plus pour les apprentissages. Plus longue, elle serait encore meilleure. »

A quelles autres améliorations appelle, selon vous, cette expérimentation ? Vous paraît-elle duplicable ?
« Allonger davantage les matinées de classe pour revoir l’organisation des séquences pédagogiques, travailler davantage les liens entre projet d’école et activités périscolaires pour développer chez les enfants des stratégies de transfert d’apprentissages. Le projet a été modifié par la ville pour accorder davantage de temps aux activités périscolaires, tant il était apparu que leur faible durée était insatisfaisante au regard des objectifs attendus. En cela, elle ne peut être duplicable en l’état sur l’ensemble des écoles. »

 

"Oui, il faut supprimer l’organisation sur 4 jours, mais il faut le faire pour que qualitativement, les temps des enfants soient améliorés.”

Et la réforme proposée par le gouvernement ? Vous avez été associée au travail qui a précédé sa mise en œuvre, vous convient-elle ?
« Le travail que j’ai mené avant sa mise en œuvre n’a pas été pris en considération. Il ne s’agit que d’un aménagement de l’existant alors que je demandais une mise à plat de la globalité des temps de l’enfant. On donne un cadre très rigide à l’emploi du temps scolaire sans tenir compte de l’importance des temps non scolaires. La rigidité imposée ne permet aucune innovation pédagogique alors que c’eut été le moyen d’entamer la refondation de l’école voulue par le gouvernement. »

Alors que tout le monde semble d’accord sur ses fondements, comment expliquez-vous les réactions de rejets que suscite désormais cette réforme ?
« Oui, il faut supprimer l’organisation sur 4 jours, mais il faut le faire pour que qualitativement, les temps des enfants soient améliorés. L’Education Nationale n’a pas l’habitude de travailler en co-production avec les autres acteurs éducatifs et les collectivités ne sont pas toutes prêtes à s’impliquer non plus sur le sujet. Il aurait fallu inscrire d’emblée – et pas dans l’après-coup – cette réforme dans la mise en œuvre de projets éducatifs de territoire pour faciliter leur construction collective. Là, on risque de voir chacun réfléchir de son côté et donc d’avoir une organisation juxtaposant les différents temps, au lieu de leur donner la cohérence nécessaire. »

Vous avez mis en garde Vincent Peillon en décembre. Pour lui dire quoi ?
« Qu’il fallait réinventer complètement l’organisation des temps de l’enfant et ne pas se contenter de réviser les rythmes scolaires sur la base de journées existant depuis 1852 ! De ne pas s’arrêter aux seules heures mais de se préoccuper de leurs contenus. De laisser de la souplesse dans les possibilités d’organisation permettant de convaincre les enseignants que leur qualité de vie professionnelle pourrait être améliorée, et permettant d’ouvrir l’école sur le territoire pour faire de cette réforme un vrai levier d’évolution du fonctionnement de l’école. De maintenir l’ambition affichée lors de sa prise de fonction au ministère. »

Comment sortir par le haut du débat ?
« Il faudrait accepter que des amendements à la loi d’orientation permettent de réviser le décret guère apte à construire des projets innovants, en permettant aux collectivités de ne pas s’enfermer sur l’organisation de temps émiettés. Tenir compte des besoins et des ressources de chaque territoire éviterait que des inégalités importantes s’installent. Permettre aux enseignants de construire des emplois du temps plus à même de leur laisser des temps libérés à gérer en responsabilité et de retrouver les fondamentaux de leur métier. Faire entendre aux parents la responsabilité qui est la leur dans les rythmes de vie de leur enfant. Cela nécessite à la fois du temps d’informations partagées et du temps de construction partenariale. »

 

BIO EXPRESS

1951. Naissance le 9 avril à Arras (62).
1968. Bac (lycée de Jeunes filles d’Arras).
1970. Premier poste, professeur de mathématiques au collège de Pas-en-Artois.
1970-1986. Naissance de ses cinq enfants.
1992. Nommée professeur des universités, classe exceptionnelle en 2008.
1992-2010. Directrice de l’UFR de psychologie de Lille 3. Directrice du centre de formation des psychologues scolaires et du centre de formation des conseillers d’orientation psychologues de Lille. Vice-présidente de l’Université de Lille 3.
1980 à nos jours. Chercheur sur le terrain, du service de grands prématurés du CHR de Lille aux établissements scolaires. Mise en place et évaluation d’aménagements des temps scolaires de Lille et sa région à Strasbourg en passant par Bagnères de Bigorre via le Calvados, la Manche et l’Orne, puis Angers, Brest, Nevers, La Roche-sur-Yon, Lyon…

Façon Proust

Claire Leconte : « Assouplissez votre réforme, M. Peillon ! »
Le bonheur parfait selon vous ?
Pouvoir se dire chaque jour qu’on a réussi à faire du mieux possible ce qu’il nous importait de faire.
Le trait de caractère dont vous êtes la plus fière ?
L’esprit critique constructif.
Votre qualité préférée chez une femme ?
L’affirmation de ses idées.
Et chez un homme ?
Accepter sa part de féminité.
Votre personnalité ou votre sportif préféré ?
Vivant ? Si non Jean Ferrat, si oui, Rafael Nadal.
Votre artiste préféré ?
Robert Redford.
Votre film culte ?
« Out of Africa ».
Le livre qui a changé votre vie ?
« Pour une psychologie scientifique » de Paul Fraisse.
Votre chanson préférée ?
« Les feuilles mortes ».
Votre meilleur souvenir professionnel ?
La construction de formations innovantes et de projets innovants.
Votre plat préféré ?
Filets de sole meunière et pâtes citronnées.
Que détestez-vous le plus au monde ?
L’incompétence associée à l’ambition.
Le défaut qui vous inspire le plus d’indulgence ?
Être gaffeur.

Répondre