PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Sgen CFDT – Compte rendu du 8 avril 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Trois tables rondes ont réuni une centaine de personnes à Paris mercredi 3 avril 2013 pour un Colloque  intitulé “Ecole-famille” co-organisé par l’association “Prisme” (promotion des initiatives sociales en milieu éducatif) et celle des PEP (Pupilles de l’Ecole Publique) à la demande de la mairie de Paris.

A l’heure du projet de loi pour la refondation de l’Ecole, les différents invités ont tenté de répondre aux questions essentielles que posent le dialogue parents – enseignants et le partenariat éducatif indispensables à l’épanouissement de l’enfant.

Le Sgen-CFDT souligne la qualité des débats et témoignages émaillant les différentes tables rondes, tout en y déplorant l’absence de représentation enseignante …

dialogue parents – enseignants et partenariat éducatif

Le sociologue François de Singly ouvre les débats en dressant le portrait historique d’une Ecole républicaine qui ignore l’enfant au profit de l’élève. L’enfant reste à la porte de l’école avec sa famille et l’école en fait un élève soumis à des maitres qui l’éduquent.

Il fait ensuite référence à la loi 2002 sur le droit des malades qui reconnait l’individu en tant que personne à l’intérieur de l’institution – loi qui manque à l’Ecole !

Enfin, il rappelle la place incontournable de l’enfant-élève : n’oublions pas le partenaire enfant !

Puis, Georges Fotinos, ancien chargé de mission interministériel sur la famille et l’école, tente de calibrer les difficultés relationnelles entre École et famille.

Il prend l’exemple de l’orientation, s’inquiétant de sa place dans la loi : aujourd’hui la moitié des plaintes de parents envoyées au médiateur de l’éducation nationale concernent l’orientation !

Les relations directes entre enseignants et parents ont fait l’objet d’une enquête menée avec E. Debarbieux qui dévoile un mal être grandissant : 40% des directeurs d’école sont insultés dans l’année, à 62% par des parents.

Il rappelle ensuite que depuis 1980, les parents partenaires ont leur place à tous niveaux des instances consultatives alors qu’on essaie toujours difficilement d’introduire la coéducation !

Il conclut son propos par quelques pistes à exploiter : reconnaissance réciproque de compétences, climat de confiance, égale dignité et volonté de Projet commun, selon cinq points d’ancrage : prévention et participation des parents à la lutte contre la violence en développant le vivre ensemble, aménagement du temps scolaire co-construit, évaluation/ orientation, opérations école ouverte et ouverture aux parents, lieux de dialogue et d’échanges et enfin formation des enseignants et des parents.

G. Fotinos rappelle enfin le rôle fondamental de la mixité sociale dans notre société : plus il y a de mixité, meilleurs sont les résultats (OCDE, Unesco).

Les deux tables rondes suivantes ont rassemblé des témoignages de terrain, pour la plupart parisiens :

Les PEP présentent la notion d’inclusion et  la place des parents dans les établissements qu’ils gèrent : Prise en compte de la parole des parents et place de l’enfant… Ils évoquent aussi les PEDT (projet éducatif territorial) et les parcours de vie issus de la loi 2005.

Différents représentants d’associations partenaires témoignent : café des parents répondant aux inquiétudes et demandes des parents pour la réussite des enfants, associations d’accompagnement à la scolarité, classes passerelles, causeries au collège, « Paris collège »…

Pour le Sgen-CFDT, la participation de chacun des acteurs est essentielle dans la construction du projet éducatif, prenant en compte les contraintes de temps de chacun !

L’école doit construire des stratégies pour faire venir les familles : construire des objectifs communs, une vision partagée de ce qu’est la réussite scolaire pour inscrire le dialogue dans la durée vers un partenariat réussi, vers la coéducation !

Répondre