PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

A. La matinée : Intervention de Bruno SUCHAUT et échanges : Une impossible réforme ?

I. Le contexte.

Le gouvernement, et son ministre en charge de l’Education, Vincent Peillon, veulent entamer une refondation de l’école : énorme entreprise, aux enjeux territoriaux, sociaux, scolaires. Cette réforme, préparée en 2012 et qui doit se développer en 2013, s’inscrit dans une longue liste de réformes, ou tentatives de réformes :

– 1973 : réforme du collège de René HABY
-1981-82-83 : réforme SAVARY avec ses trois consultations (Legrand, A. Prost,…)
– 1990 : réforme BAYROU
– 1997 : réforme ALLEGRE
– 2003 et suivantes : Luc FERRY, puis DARCOS.
– On retiendra encore le rapport THELOT (réforme du lycée, socle commun) et les propositions de Ségolène ROYAL pour le collège.

Au fil du temps, on s’aperçoit que les choses se complexifient, notamment par le nombre des parties concernées, que les lois ou mesures prises à l’issue de ces vastes consultations sont assez éloignées des conclusions auxquelles étaient parvenus les débats et que le pouvoir politique impose largement ses décisions (en 2003 notamment). Dans le cas de la réforme Peillon qui nous occupe, la consultation a été très courte, elle a connu des dysfonctionnements (rapport sorti avant toutes les remontées !). Elle a donc, comme ses soeurs aînées, une apparence plus qu’une réalité démocratique. Elle comporte néanmoins des idées intéressantes, et elle se centre sur la réforme des rythmes scolaires.

Répondre