PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

COOPÉRATION: Action de participer à une oeuvre commune, Le Petit Robert, 2000.

A.Ferrière, pédagogue suisse, fondateur de l’École adive, organisateur dès 1889 du Bureau de l’Éducation nouvelle, auteur en 1912 de la Charte de l’Éducation, déclare: « La compétition est remplacée par la coopération qui enseigne à l’enfant à mettre son individualité au service de la collectivité" .

Valeur de l’éducation nouvelle, « Utopie concrète ", 1. George, 1997, la coopération à l’école met l’accent sur les dimensions horizontales, communauté et égalité, en ce sens elle suppose une certaine conception du vivre ensemble (signification politique). La coopération en acte ne suppose-t-elle pas de penser la notion de solidarité dans la classe et à l’école?

La coopération est un mot-clef de la pédagogie Freinet et de l’Institut coopératif de l’École moderne (ICEM). Des institutions sont nées de la coopération tels que le conseil, la loi, la notion même d’institution, qui se rencontrent dans des établissements qui ne sont pas nécessairement structurés sur le mode coopératif. La coopération, ce sont aussi les coopératives scolaires aux modes de fonctionnement les plus divers.

La pédagogie coopérative ou plus largement « l’éducation coopérative est une ouverture à la société républicaine", (Office central de la coopération à l’école), OCCE1997.

Défenseur d’une pédagogie coopérative, M. Develay, 1996, considère que ,d’école est le lieu qui, dans nos sociétés en rupture sociale, se justifie plus encore par les conditions d’une socialisation qu’elle favorise que par l’accès au savoir qu’elle facilite ".

La classe coopérative désigne toute classe (i.e. Lieu d’apprentissages systématisés) dans laquelle les apprentissages prescrits par les programmes sont systématiquement fondés sur la coopération des participants, c’est-à-dire sur l’articulation entre elles, des activités cognitives individuelles en vue d’atteindre un ou des but(s) commun(s) défini(s) par un ensemble de connaissances, L. Not, 1992. Dans une classe coopérative, les recours aux projets d’action éducative, à la dynamique des conflits ou de l’enseignement mutuel devraient favoriser les progrès de la connaissance par les initiatives individuelles ou collectives, les confrontations, les activités, l’entraide, les réflexions et les évaluations qu’ils suscitent au sein du groupe; en même temps ils renouvellent les intérêts et introduisent une société féconde dans les façons d’apprendre, M. Bru, 1991.

C’est à l’école d’apprendre à lutter contre la compétition et à oeuvrer pour la coopération, A. Jacquard, 1999. Il n’est pas démontré que les individus « coopératifs" soient nécessairement desservis dans un monde dominé par la compétition.

On peut admettre que la coopération est une valeur sûre à long terme: la formalisation mathématique des comportements individuels et la simulation d’émergences de situations induites vont dans ce sens, R. Axelrod, 1996, sans oublier que la dyade proie/prédateur existe aussi.

Classe; Éducation nouvelle; Groupe; Institution; Intérêt; ; Pédagogie;,,,

Categories: Le mot clef

Répondre