PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Edupass – le 24 avril 2013 :

Accéder au site source de notre article.


 

Sommaire

À l’heure de l’acte III de la décentralisation, il est souvent question du développement de politiques éducatives locales sans que l’observateur peu attentif ne distingue en quoi ces dernières se différencient de la prise en compte de la dimension locale dans les politiques de l’Éducation… nationale ! En fait, la notion de politiques éducatives territoriales désigne des activités éducatives qui dépassent les actions « complémentaires » endossées par les collectivités locales. Elle sanctionne le passage du modèle politique de la contribution des collectivités à l’effort éducatif défini par l’État à celui de l’adhésion à un projet éducatif co-construit entre plusieurs acteurs au niveau territorial.

Pour la plus grande part, les politiques éducatives locales sont encore un produit résiduel dilué dans de multiples dispositifs réglementaires ou déduites de certains textes officiels visant divers dispositifs (contrats éducatifs locaux, contrats de réussite, formation professionnelle…). Il faut également garder à l’esprit que les politiques éducatives locales ne désignent pas uniquement les actions menées par les collectivités locales, mais aussi celles qui sont impulsées par l’ensemble de la chaîne administrative de l’Éducation nationale (Ben Ayed, in van Zanten 2006).

Un foisonnement d’initiatives dispersées

Les collectivités territoriales ont fait preuve d’entrepreneuriat éducatif en utilisant les opportunités légales existantes. De nombreux dispositifs cofinancés par l’État, les collectivités et divers organismes publics ont en effet été mis en place au cours de ces dernières années, servant de cadre à des partenariats, en vue de bâtir des projets éducatifs locaux via les contrats éducatifs d’accompagnement de la scolarité ou le volet « éducation » des contrats de ville et d’autres dispositifs comparables. On assiste donc à un foisonnement d’initiatives des collectivités territoriales, qui s’est accéléré depuis 2004, en particulier de la part des régions. On n’y distingue guère de cohérence d’ensemble tant leur dispersion est grande, mais elles révèlent la présence de politiques éducatives, au moins en gestation, dans beaucoup de collectivités. (MEN, 2012).

Au fur et à mesure de la diversification des actions, la frontière encore bien établie dans les années 1980 entre pédagogie et administration est devenue de plus en plus poreuse concernant certaines interventions des collectivités : action sociale (aides et bourses), aide à l’équipement dans les technologies de l’information et de la communication dans l’éducation, accompagnement et soutien scolaire (études dirigées, sport, culture, séjours et sorties), orientation, etc. (Toulemonde, 2009).

La ligne de partage entre un État intervenant prioritairement sur les contenus d’enseignement et des collectivités locales qui s’occupent prioritairement de l’amélioration des conditions d’enseignement tend par conséquent à s’estomper.

Categories: 4.2 Société

Répondre