PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Jeunesses, Etudes et synthèses – numéro 14 – juillet 2013 :

Accéder au site source de notre article.


De l’«éducation» et du «populaire»

Dans «éducation populaire», les deux termes de la proposition sont essentiels : le populaire tout autant que l’éducation. La référence au populaire n’est pas anodine. Il a une signification fondamentale dans le système démocratique. Le peuple est au fondement même de la légitimité du pouvoir. Si l’on prête attention aux rhétoriques d’aujourd’hui, le peuple semblerait s’être évanoui. On ne le désignerait plus que par métonymie ou acronyme : quartiers en difficultés, zones sensibles, quartiers périphériques, quartiers en politique de la ville… Autant d’expressions pour éviter de désigner ce qui est leur réalité fondamentale : des quartiers populaires. Déni d’autant plus important qu’une partie non négligeable de la population de ces quartiers est issue de l’immigration. À travers ce déni s’opère son exclusion de l’espace démocratique, au sens de la souveraineté populaire. Pour autant, on voit refleurir les mouvements ou courants politiques se revendiquant du «peuple» ou du «populaire». Mais le premier terme de l’expression «éducation populaire», l’«éducation», est tout aussi important, ne serait-ce que parce qu’il découple celle-ci de l’école avec laquelle on la confond en général en France et désigne d’autres espaces et d’autres modes d’apprentissage. Enjeu d’autant plus important que dans nos sociétés le temps de l’éducation ne saurait être réduit au moment de l’école.

 

Categories: 4.2 Société

Répondre