PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Marie Duru-Bellat est sociologue, professeure émérite à Sciences Po Paris et chercheuse à l’Obser­vatoire sociologique du changement. Spécialiste des inégalités dans le système scolaire, son ouvrage L’Inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie (Seuil) avait fait grand bruit en 2006. Avec le sociologue François Dubet, elle a signé en cette rentrée 2015 10 propositions pour changer d’école (Seuil). L’une de ces propositions vise à « bâtir une école plus juste ».

En 2015, l’égalité des chances dans ­les écoles de la République est-elle ­enfin un horizon atteignable ?

On en est loin. On observe même un accroissement des inégalités sociales en matière de performance entre les élèves : les plus faibles scolairement, qui sont aussi les plus désavantagés socialement, ont des résultats en baisse. En France, la position sociale des parents joue plus fortement qu’ailleurs sur l’avenir scolaire des enfants. Ce n’est pas juste, car les élèves ne choisissent ni la famille dans laquelle ils naissent ni leur école. Dès l’entrée en CP, ces inégalités sont visibles, quand on mesure le vocabulaire ou la latéralisation – « gauche/droite » – par exemple. Les résultatsdépendent de l’environnement dans lequel le jeune a grandi.

L’école peut-elle vraiment contrecarrer ces inégalités sociales déjà existantes ?

Dans le cadre d’une méritocratie affichée, où tout un chacun est censé pouvoir prétendre à la réussite scolaire, l’école pourraitremettre les compteurs à zéro, en tuant ces inégalités à…

Lire la suite : http://www.lemonde.fr/education/article/2015/10/01/en-france-l-ecole-laisse-s-accroitre-les-inegalites_4779947_1473685.html