PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Les collectivités locales s’impliquent dans l’équipement des établissements scolaires et dans la gestion locale des politiques liées au numérique éducatif. L’État, de son côté, a lancé une stratégie pour faire entrer l’École dans l’ère numérique. La journée, organisée par des associations d’élu-e-s (RFVE,AMF, AMRF Maires de grandes villes, Villes internet,Ville et banlieue , ADF) visait à faire dialoguer les élus locaux, les techniciens des collectivités et les services de l’État afin de dégager les principes d’une gouvernance partagée.

Le Directeur par intérim de l’Ens Lyon rappelle en ouverture de la journée le rôle essentiel de l’innovation et de la pédagogie pour construire l’École à l’heure numérique. Il met en avant le rôle de l’Ifé, Institut français de l’éducation, créé en 2011 pour succéder à l’INRP, qui est conçu comme une sorte de « plate-forme totale » pour mettre en réseau l’ensemble des acteurs de l’éducation, créer, concevoir, expérimenter, produire des ressources et accompagner vers des solutions. Il rappelle que tout changement de paradigme touche l’ensemble de nos missions et demande de nouvelles manières d’apprendre et d’enseigner, de communiquer et de repenser ensemble les méthodes et le fonctionnement collectif. Ainsi l’ENS a lancé en partenariat un Mooc sur l’économie du web. Elle participe au portail international OCEAN pour les Mooc francophones ou « Flots » (Formations en Ligne Ouvertes à Tous) avec l’X, l’école polytechnique de Lausanne, l’Université de Montréal et l’Université de Louvain.

Concevoir, expérimenter sur une base plus massive est une entreprise aux vastes implications qui amène à redéfinir le fondement des enseignements car ce type de formation prend plus de temps et change la formation. Des évolutions à prendre aussi en compte pour les allocations de ressources. Un petit film d’animation est projeté : il montre ce que le ministère de l’Education national a mis en place concernant le numérique.

Christiane Mariette ( CG Pyrénées atlantiques) traite ensuite du rapport Lebreton, ( Les territoires numériques de la France de demain) demandé par Cécile Duflot.

Le rapport contient 22 recommandations étayées dont certaines audacieuses selon Mme Mariette. Le rapport se fonde sur une ambition : le numérique se doit d’accompagner les changements induits par la technologie et être en phase et en concert avec le territoire. Il y a besoin de coordination sous différentes formes et à différentes échelles : conventions, bassins d’éducation, mutualisation inter collectivités. Elle souligne l’initiative du Rectorat de Bordeaux qui a réuni tous les acteurs, collectivités territoriales et Caisse des dépôts pour définir la stratégie numérique de l’académie.

La course derrière l’innovation pose la question des inégalités. Il y a un socle commun de services à mettre en place, des clubs d’usagers, une formation des enseignants, une réflexion sur l’infrastructure haut débit pour l’école primaire, la recherche de financement, un projet de convention qui ne concerne pas que l’aspect matériel : c’est un écosystème pour utilisation de tous. Il faut observer les vécus, les équipements, le temps de transport, l’emploi, le rapport à l’éducation, la santé, le travail.

Il n’y a pas de politique publique sans pratiques collaboratives : il faut construire dans la proximité avec les acteurs. La démarche, « implicative » grâce au numérique, oblige tous les territoires à un regard de gouvernance partagée.
Elle signale la création d’un Observatoire de la vie collégienne avec le DASEN dans les Pyrénées atlantiques.

Document(s) associé(s) :

pdf/20131205_journee_du_numerique_a_lecole_cr.pdf

Répondre