PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In clicanoo :

Accéder au site source de notre article.


"Pour sa troisième rentrée scolaire à la tête de l’académie réunionnaise, le recteur Mostafa Fourar met l’accent sur la lutte contre l’absentéisme et le décrochage scolaire, et souhaite l’implication des parents. En rappelant la loi qui permet de suspendre les allocations familiales, il “espère personnellement qu’on n’en arrivera pas à cette mesure extrême”.

 

JIR. Pour votre troisième rentrée scolaire à La Réunion, quel regard portez-vous sur l’évolution de l’académie ?

 

Mostafa Fourar. Ces trois années ont passé vite… Nous avons progressé partout. Regardez les évaluations en primaire, ou les taux de réussite au bac. Même s’il y a eu une baisse l’année dernière, le défi est d’augmenter le taux d’accès d’une génération au bac. Nous sommes passés de 57% à 65% ; c’est un progrès, car il faut se souvenir qu’avant, seuls les meilleurs élèves arrivaient au bac. Même si nous restons en dessous de la moyenne nationale, 71%. Ce qui me frappe le plus, c’est le décrochage scolaire, à 12%. Cela signifie que chaque année, 1 800 élèves quittent le système scolaire sans qualification ni diplôme. On peut lutter contre le décrochage, à commencer par la lutte contre l’absentéisme (les chiffres d’absentéisme explosent) : cela peut même aboutir à la suspension des allocations familiales.

 

Décrochage et absentéisme sont-ils forcément liés ?

 

Je veux que les parents prennent leurs responsabilités. S’ils ne s’impliquent pas avec nous, que pouvons-nous faire ? Les 1 800 jeunes qui partent dans la nature, on ne sait pas ce qu’ils deviennent. Il existe désormais quatre plates-formes de lutte contre le décrochage scolaire, où l’on pourra croiser les fichiers, orienter les élèves vers des formations en alternance, de la réinsertion… C’est le point faible de notre académie."

Categories: 4.4 Départements

Répondre