PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Unesco 2013 :

Accéder au site source de notre article.


TABLE DES MATIERES—- — —- — —

SUR LA SÉRIE

REMERCIEMENTS

INTRODUCTION

Le contexte de l’apprentissage mobile

L’apprentissage mobile : une absence de politique

DÉFINITION DE L’APPRENTISSAGE MOBILE

LES POLITIQUES D’UTILISATION DES TIC DANS L’ÉDUCATION

La transition vers une société de l’information

L’apprentissage mobile en relation

avec les politique des TIC existantes

LES POLITIQUES DE L’APPRENTISSAGE MOBILE : PRINCIPES DIRECTEURS

Exploiter les investissement existants

Donner aux politiques un caractère local

Appuyer les normes techniques ouvertes

Promouvoir la coopération intersector

ielle et les multi-partenariats

Établir des politiques à tous les niveaux

Examiner et actualiser les politiques existantes

Assurer une éducation inclusive

INFRASTRUCTURE, CONNECTIVITÉ ET MISE À DISPOSITION DE LA TECHNOLOGIE

Infrastructure et connectivité

Accès universel

Infrastructure des réseaux

Informatique en nuage

Mise à disposition de la technologie

Appareils mobiles fournis

Apportez votre technologie (BYOT)

Plans de partage des dépenses

Déchets électroniques

COÛTS ET FINANCEMENT

Taxation

Concurrence

Accès subventionne

Financement

ENSEIGNEMENT, APPRENTISSAGE ET PLANIFICATION ET GESTION DE L’ÉDUCATION

Contenus

Optimiser les contenus pour

les appareils mobiles

Adapter les portails nationaux de l’éducation à l’accès mobile

Mettre les contenus à la disposition de tous

Mettre au point des contenus localement pertinents

Contextes d’apprentissage

Apprentissage formel

Apprentissage informel et non formel

Programme d’enseignement et évaluation

Maîtrises du mobile

Perfectionnement professionnel

Planification et gestion de l’éducation

ÉDUCATION INCLUSIVE ET SANS RISQUE

Apprentissage mobile inclusif

Égalité des genres

Accessibilité pour les apprenants handicapés

Apprentissage mobile sans risque

Protection de la vie privée

Sécurité en ligne et comportements à problèmes

Citoyenneté numérique et maîtrise du numérique

Préoccupations relatives à la santé

Gestion du changement et plaidoyer

CONCLUSION

RÉFÉRENCES

LE CONTEXTE DE L’APPRENTISSAGE MOBILE— – — — ——- – —- —- – –

L’UNESCO est convaincue que les technologies de l’information et de la communication (TIC) possèdent un grand potentiel pour ce qui est de faciliter la diffusion des connaissances, améliorer l’apprentissage et aider à mettre en place des services éducatifs plus efficaces. Les TIC peuvent étendre les possibilités d’éducation aux groupes marginalisés, améliorer la qualité de l’éducation et réduire les inégalités fondées sur le genre, la classe, la race, l’âge et les handicaps.

Pour la première fois dans l’histoire, une majorité d’individus peuvent se permettre d’acheter personnellement des TIC sous la forme d’appareils mobiles, en particulier les téléphones mobiles. Fin 2011, il y avait près de 6 milliards d’abonnements à la téléphonie mobile dans le monde (UIT, 2011). La croissance est de plus en plus impulsée par les pays en développement, qui ont représenté plus de 80% des nouveaux abonnements au mobile en 2011 (UIT, 2012). Selon une estimation, l’Afrique, qui ne comptait que 200 millions d’appareils mobiles connectés en 2006, en comptait 735 millions fin 2012 (GSMA et A.T. Kearney, 2011). Cette expansion rapide va probablement se poursuivre : aujourd’hui, l’Afrique est le marché qui connaît la plus forte croissance et le deuxième marché le plus important pour les téléphones mobiles. Outre les téléphones, d’autres appareils mobiles s’implantent aussi dans les pays en développement. La Thaïlande, la Turquie et la Russie ont annoncé des plans ambitieux de déploiement des tablettes électroniques dans les écoles (Trucano et al., 2012). Relativement inconnues en tant que catégorie d’appareils avant 2010, les tablettes devraient voir leurs ventes dépasser celles des ordinateurs personnels (PC) dès 2016 (NPD, 2012). Etant donné l’ubiquité des appareils mobiles et le développement rapide de leurs capacités, on s’intéresse de plus en plus à la façon dont ils peuvent aider l’enseignement et l’apprentissage et promouvoir les objectifs de l’Education pour tous (EPT) de l’UNESCO convenus par 164 pays en 2000 (UNESCO, s.d.). De plus en plus d’éléments d’information confèrent un fondement empirique à cet intérêt. De nombreux projets autour du monde ont montré que les téléphones mobiles peuvent faciliter l’apprentissage, aider les enseignants à travailler plus efficacement et faciliter les opérations des grands systèmes éducatifs. Spécifiquement, pour ne citer que quelques exemples, des projets ont montré que les téléphones mobiles peuvent donner accès à l’éducation à distance aux enseignants dans des zones reculées du Mozambique, aider au développement de l’alphabétisme chez les filles au Pakistan, motiver les jeunes en Afrique du Sud à lire et à améliorer leurs compétences en mathématiques, promouvoir l’alphabétisation des femmes adultes au Niger, renforcer les systèmes de communication entre directeurs d’école et enseignants au Kenya et améliorer les systèmes de gestion des apprentissage en Mongolie. Ces bienfaits éducatifs et administratifs des technologies mobiles, et bien d’autres, sont décrits dans la Série de documents de travail de l’UNESCO sur l’apprentissage mobile (Deriquito et Domingo, 2012 ; Dykes et Knight, 2012 ; Fritschi et Wolf, 2012a–b ; Hylén, 2012 ; Isaacs, 2012 a–b ; Jara et al., 2012 ; Lugo et Schurmann, 2012 ; So, 2012).

A mesure que des appareils mobiles de plus en plus puissants continuent de saturer communautés riches comme  communautés pauvres, les progrès de l’apprentissage mobile – utilisant les technologies mobiles – ont des chances de s’accélérer. De plus en plus d’initiatives démontrent comment les téléphones mobiles peuvent aider à affronter les défis éducatifs et à ouvrir la voie à de nouvelles stratégies d’apprentissage (McKinsey & Company et GSMA, 2012). Les concepteurs de projets d’apprentissage mobile partagent les meilleures pratiques et façonnent des modalités de mise en œuvre plus durables, en s’écartant des nombreux petits projets de brève durée du début des années 2000. Dans le même temps, les prix des appareils et des services mobiles chutent dans le monde. Il y a seulement dix ans, le téléphone mobile était à juste titre considéré comme un luxe ; aujourd’hui, il est généralement considéré comme un article courant de la vie quotidienne dans des communautés aussi diverses que Tokyo et Dakar. La recherche et les tendances donnent à penser qu’avec une mise en œuvre appropriée, les technologies mobiles sont destinées à avoir un impact notable sur l’éducation de milliards de personnes.

Bien entendu, l’apprentissage mobile n’est pas exempt de problèmes, dont certains sont propres à la technologie mobile tandis que d’autres concernent plus généralement l’utilisation des TIC dans l’éducation. Ces problèmes comprennent la limitation des possibilités pour les enseignants d’apprendre comment incorporer les technologies mobiles dans leurs pratiques en salle de classe ; les préoccupations concernant le respect de la vie prive et la sécurité en ligne ; les perceptions négatives de certains enseignants et de certains parents concernant l’utilisation des téléphones mobiles dans l’éducation ; l’inégalité dans la possession des appareils qui subsiste en dépit du fait que les téléphones mobiles sont les TIC les plus omniprésentes de l’histoire. Enfin, autour du monde, certaines règles nationales, régionales, provinciales et institutionnelles interdisent strictement l’utilisation des appareils mobiles dans les écoles. Ces politiques empêchent effectivement les éducateurs de mettre en œuvre l’apprentissage mobile et en conséquence vont à l’encontre des innovations éducatives. Il convient toutefois de noter qu’aucun de ces problèmes n’est insurmontable. De nombreuses stratégies déjà existantes ou en cours d’élaboration visent à maximiser les bienfaits éducatifs des appareils mobiles tout en préservant l’équité et la sécurité de tous les utilisateurs.

L’APPRENTISSAGE MOBILE : UNE ABSENCE DE POLITIQUE

L’apprentissage mobile n’est pas une nouveauté mais ce n’est que ces dernières années qu’il a suscité un intérêt soutenu chez les éducateurs, les gouvernements et les entités commerciales.

Des milliards de gens utilisent les appareils mobiles pour communiquer ou à d’autres fins, mais une minorité seulement les utilise régulièrement à des fins éducatives. Aujourd’hui, les options récréatives disponibles sur les appareils mobiles dépassent de loin les options éducatives, et en conséquence les responsables de l’élaboration des politiques ont tendance à considérer les technologies mobiles comme étrangères ou même contraires à l’éducation.

Comme le présent document et l’ensemble des documents de travail de la série de l’UNESCO sur l’apprentissage mobile le montrent clairement, une telle façon de voir les choses limite les possibilités éducatives en négligeant une foule de programmes qui s’appuient sur les technologies mobiles pour améliorer l’enseignement et l’apprentissage. Des initiatives qui permettent aux apprenants de contrôler davantage leur propre éducation à celles qui facilitent le perfectionnement professionnel des  enseignants, les appareils mobiles aident les apprenants et les enseignants travaillant dans divers contextes autour du monde.

Tous les documents de la Série de documents de travail de l’UNESCO sur l’apprentissage mobile appellent les gouvernements à formuler des principes directeurs clairs, au niveau national, régional ou local, concernant l’intégration des technologies mobiles dans l’éducation. Si de nombreux gouvernements ont adopté une forme ou une autre de TIC nationales dans leur politique d’éducation, la plupart de ces politiques ont été créées à l’époque « pré-mobile » et ne réussissent généralement pas à prendre en compte les technologies mobiles ou le phénomène relativement nouveau de l’apprentissage mobile. Les rares politiques qui se réfèrent effectivement aux appareils mobiles tendent à s’y référer de manière tangentielle ou, dans certains cas, à les exclure carrément. Il y a actuellement un manque de politiques réfléchies pour guider la maturation de l’apprentissage mobile et faire en sorte que les nouvelles technologies bénéficient aux apprenants et aux enseignants.

Tentant de remédier à ce vide, l’UNESCO, en partenariat avec Nokia, élaborera un ensemble de principes directeurs pour aider les responsables de l’élaboration des politiques et les éducateurs à créer des environnements qui permettent une utilisation sûre, accessible financièrement et durable des technologies mobiles au service de l’éducation. Les Principes directeurs pour l’apprentissage mobile que l’UNESCO publiera en 2013 visent à mettre sur la table des points de vue équilibrés et utiles en formulant des recommandations en vue de la création d’environnements politiques propices à un apprentissage mobile à grande échelle.

La présente publication, qui éclairera les principes directeurs à venir, soulève des questions clés qu’il faut prendre en considération au moment de formuler des politiques relatives à l’apprentissage mobile. Elle s’inspire des douze premiers documents de la Série de documents de travail de l’UNESCO sur l’apprentissage mobile, qui incluent des examens mondiaux des initiatives d’apprentissage mobile et de leurs implications pour les politiques, ainsi que des examens des moyens par lesquels les technologies mobiles peuvent soutenir les enseignants et leur perfectionnement. Le présent document cherche à équiper les parties prenantes des politiques d’une meilleure compréhension de l’apprentissage mobile et de ses contextes. Les sections qui suivent fournissent la définition pratique par l’UNESCO de l’apprentissage mobile et examinent comment les politiques relatives à l’apprentissage mobile devraient interagir avec les TIC existantes dans les politiques d’éducation. Un ensemble de principes directeurs, auxquels il faudrait adhérer lors de la création de politiques de l’apprentissage mobile, est présenté. Les autres sections du document identifient et discutent les questions clés liées à l’apprentissage mobile, certaines directement dans le domaine de l’éducation et d’autres de façon connexe. Les principaux domaines sur lesquels est portée l’attention sont l’infrastructure, la connectivité et la disponibilité de la technologie ; le coût de l’utilisation et le financement public ; l’enseignement, l’apprentissage et la planification et la gestion de l’éducation ; l’éducation inclusive et sécurisée. De nombreux matériels existants se rapportant aux TIC et à la politique d’éducation, y compris ceux publiés par l’UNESCO, sont utiles et pertinents par rapport à l’apprentissage mobile. Lorsqu’il y a lieu, le présent document puise dans ces matériels plus détaillés et les signale.

 

Dans le contexte des défis majeurs en matière d’éducation auxquels sont confrontés de nombreux pays, diverses voies pour promouvoir les objectifs de l’EPT et autres objectifs éducatifs méritent d’être explorées. Les technologies mobiles ont prouvé qu’elles sont capables de soutenir la mise en œuvre d’une éducation accessible, équitable et de qualité. En intégrant pleinement l’apprentissage mobile dans leurs politiques, les responsables de l’élaboration des politiques peuvent aider à sortir l’apprentissage mobile des marges de la planification de l’éducation pour qu’il en fasse partie intégrante.

 

Categories: 4.2 Société

Répondre