PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Marie Verkindt fait partie de l’équipe fivoise d’ATD Quart-Monde. Elle intervient au collège Boris-Vian, pour une action du Projet éducatif global départemental.

lenord.fr : Pourquoi le quartier de Fives-Lille ?

Marie Verkindt : Traditionnellement, ATD Quart-Monde va au devant des familles exclues, dans des quartiers où il y a peu de structures d’accompagnement. Là, on a volontairement mis en place un projet pilote de « promotion familiale, sociale et culturelle » dans un quartier populaire, mais disposant d’un tissu associatif riche et de nombreuses structures.

Car on s’est rendu compte qu’il y avait toujours une partie de la population qu’on n’arrivait pas à atteindre, ce que l’on pourrait appeler des « familles invisibles ».

L’action a débuté quand ?

Fin 2008. On est allé vers ces populations par le biais de partenaires, dont l’école. Parce que l’école est un lieu fréquenté par tous, et parce que toutes ces familles disaient vouloir que grâce à elle leurs enfants sortent de la galère…

Dans les classes, on a demandé aux enfants de s’exprimer sur un thème émergeant des animations. La « fête de fin de campagne » que nous avons organisée en janvier 2009 a réuni des familles issues de tous les milieux, venues parce que les enfants avaient attiré leurs parents.

C’est à ce moment-là que le collège Boris-Vian nous a sollicités.

Pour faire quoi ?

On nous a invités à entrer dans le CESC (conseil d’éducation à la santé et à la citoyenneté) du collège, qui est en quelque sorte l’outil d’insertion de l’établissement dans le quartier. Nous sommes intervenus dans les classes de 6e, avec un premier thème : « Changer de regard pour mieux vivre ensemble ».

On a fait prendre conscience aux enfants qu’une même personne peut être regardée de façon négative ou positive. On leur a demandé d’inventer des machines « à changer le regard ». À Boris-Vian, ils en ont inventé trois, dont une machine applaudisseur.

« Mieux se connaître, ça fait partie du bien-être »

Et le Projet éducatif global départemental ?

C’est l’étape suivante. On a participé à l’écriture du PEGD, avec l’association des parents d’élèves et deux parents associés. Et on nous a demandé d’en être partenaires, avec cet objectif : que les élèves d’une même classe se rencontrent mieux, se connaissent mieux, pour mieux apprendre.

On a commencé cette année. Quatre interventions sont prévues dans toutes les 6es, avec Céline Truong et moi-même, d’ATD Quart-Monde, et une infirmière du collège, parce que mieux se connaître, ça fait partie du bien-être.

En quoi consistent vos interventions ?

On parle peu, on essaie de leur fait dire beaucoup de choses. Le jour de la rentrée, le 2 septembre, on a apporté des photos, en leur demandant de choisir celle qui correspondait le mieux à ce qu’ils espéraient de cette année.

Le but : libérer la parole, et l’écoute, en présence de leur prof principal. On a ensuite posé la question : si on veut que ce rêve se réalise, qu’est-ce qu’on choisit comme « C-O-R-D-E » qui nous lie tous ensemble ? À chaque lettre, les enfants ont associé un mot : Coopération, Organisation, Entraide, etc. 

À partir de ce matériau, ils ont rédigé une charte, avec des projets : mieux se connaître, dépasser les préjugés, coopérer…

Au final, on essaie de contribuer à créer une communauté éducative. L’essentiel du travail, c’est bien entendu entre nos interventions qu’il se fait, pour continuer à faire exister le « vivre ensemble pour mieux apprendre ».

Lire la suite : http://lenord.fr/jcms/prd2_248351/se-connaitre-mieux-pour-mieux-apprendre

Categories: 4.4 Départements