PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In SGEN-CFDT – le 14 mai 2014 :

Accéder au site source de notre article.


Communiqué de presse de la fédération des Sgen-CFDT – Mai 2014

 

La « fuite » d’un document de travail du Conseil Supérieur des Programmes révèle les difficultés à construire un socle commun qui donnerait son sens et sa cohérence à la scolarité obligatoire. Les adversaires de la refondation de l’école semblent toujours assez actifs et influents pour empêcher que l’école se donne, à travers le socle commun, un objectif compréhensible pour les familles, utilisable par les enseignants et conforme à l’objectif de réussite de tous les élèves.

Pour le Sgen-CFDT, il faut écrire le socle en termes de compétences, compréhensibles par tous, parents et enseignants, pour que les objectifs de la scolarité obligatoire soient réellement perçus et partagés par tout le corps social. Il faut, en revanche, se garder des formulations de spécialistes, des compromis de clercs, qui, certes, ménagent les conservatismes, mais participent au repli de l’école sur elle-même.

Pour le Sgen-CFDT, le socle commun doit être un texte opérationnel, utilisable par les enseignants dans leur travail quotidien. Il doit permettre des apprentissages progressifs, par cycles, il doit mettre en cohérence les différents enseignements et se dégager de la primauté des programmes disciplinaires. Il doit constituer l’ossature de l’évaluation des acquis des élèves.

Il est indispensable que le CSP travaille à l’abri des luttes d’influence idéologiques, et serve l’objectif de réussite de tous les élèves que prescrit la loi de refondation de l’école.

Le Sgen-CFDT saura rappeler cette exigence.

Répondre