PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Selon les résultats d’une étude publiée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) en juin 2015, les inégalités sociales font peser des risques sur la santé des enfants et ce dès le plus jeune âgé.
 
A l’appui des chiffres de l’Enquête nationale de santé scolaire, réalisée en grande section de maternelle, en 2012-2013 auprès de 19 000 enfants, la DREES fait ressortir de fortes disparités sociales au détriment des familles les plus modestes.
 
Ainsi, « en 2013, dans les grandes sections de maternelle, 12 % des enfants présentent une surcharge pondérale et, parmi eux, 3,5 % sont obèses. Si on constate une stabilisation depuis 2006, ces indicateurs restent néanmoins marqués par de fortes inégalités sociales, qui ne se résorbent pas. »
 
Mais « dès l’âge de six ans, les enfants de cadres affichent de meilleurs bilans de santé : 7 % sont en surcharge pondérale et 1 % sont obèses contre respectivement 16 % et 6 % des enfants d’ouvriers. Ces écarts se retrouvent dans la santé bucco-dentaire : 8 % des enfants de cadres présentent au moins une dent cariée contre 30 % des enfants d’ouvriers. Chez ces derniers, on observe également plus de caries non soignées (24 %) que chez les enfants de cadres (4 %). »
 
Ce qui fait dire à l’Observatoire des inégalités que « les enfants d’employés ont aussi 3,7 fois plus de risque d’être obèses que les enfants de cadres ». Et d’ajouter qu’ « en grande section, la part d’enfants obèses est passée de 3,2 % en 2006 à 3,5 % en 2013. Mais cette donnée moyenne masque de fortes inégalités entre catégories sociales. Si les enfants de cadres n’ont pas connu une augmentation de l’obésité sur la période, les enfants d’employés, comme ceux des agriculteurs, commerçants et chefs d’entreprise, ont vu leur taux d’obésité augmenter de 1,3 point. »
 
Le problème, c’est que ces inégalités persistent avec l’âge. Ainsi, selon l’Observatoire des inégalités, « en CM2, les disparités selon le milieu social continuent à se manifester. 0,8 % d’enfants de cadres en souffrent, contre 7 % d’enfants d’ouvriers, selon le ministère des Affaires sociales (données 2008), soit près de neuf fois plus. Le constat est similaire en classe de troisième. Près de 4 % des enfants ont un problème d’obésité (Source : ministère des Affaires sociales, données 2009). Mais la proportion d’enfants de cadres en surpoids est de 2,3 %, contre près de trois fois plus pour les enfants d’ouvriers (6,5 %). »
 

La DREES précise par ailleurs dans sa dernière enquête que « ces disparités s’expliquent, en partie, par des comportements fortement différenciés, car forgés au quotidien par le milieu social et culturel. L’enquête montre ainsi que les cadres accordent plus de place à la prévention et aux habitudes de vie bénéfiques pour la santé : si 60 % de leurs enfants se brossent les dents plusieurs fois par jour, cette pratique ne concerne que 47 % des enfants d’ouvriers.
 
Ils consomment aussi moins de boissons sucrées, prennent plus souvent un petit-déjeuner chaque jour, et passent moins de temps devant un écran d’ordinateur, de télévision ou de jeux vidéo, autant de facteurs connus pour leurs effets sur le poids. 
»

Lire la suite : http://savoir.actualitte.com/article/societe/1258/les-inegalites-sociales-se-repercutent-sur-la-sante-des-enfants