PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

C’est l’histoire de Marie, professeure documentaliste en Anjou. Elle pensait profiter de la réforme du collège et participer aux EPI, les nouveaux enseignements interdisciplinaires,  à l’accompagnement personnalisé (AP) ou encore à l’éducation aux médias et à l’information (EMI) qui tombent pile poil dans ses attributions. Mais pour Marie comme pour beaucoup d’autres professeurs documentalistes la réforme du collège reste insaisissable. Juste un mirage ?

La déconvenue de Marie

Marie Ligonnier Wouezel nous a envoyé une copie de la lettre qu’elle a adressé à la ministre de l’éducation nationale.  » Je voulais participer à l’AP mais voilà, je n’ai pas d’heures disciplinaires à l’emploi du temps des élèves. Ces contenus, qui sont mon socle disciplinaire, pour les enseigner aux élèves, je dois me positionner en dédoublement des heures d’AP, selon le bon vouloir du professeur qui officie sur ses heures disciplinaires… Si l‘on veut bien me confier des élèves, j’enseignerai mais je ne peux prévoir ni la progression des apprentissages info-documentaires, ni le nombre d’heures qui me sera attribué, ni le nombre d’élèves qui pourra bénéficier de mon enseignement. Je voulais participer aux EPI, principalement dans la thématique « information, communication et citoyenneté » mais, pour les mêmes raisons que l’AP, je ne peux le faire. Je ne peux être que le 3ème professeur et le contenu que j’apporterais ne sera pas évalué… Je voulais participer à l’EMI dans le cadre du parcours citoyen mais aucun temps d’enseignement, aucune heure, n’est prévu par la réforme pour ce parcours ».

Des textes pourtant positifs

Cette déconvenue peut surprendre. En effet la réforme du collège ne manque pas de rappeler l’importance de l’EMI et celle des professeurs documentalistes. Ainsi la circulaire du 30 juin 2015 d’application de la réforme mentionne régulièrement les professeurs documentalistes. « Toutes les disciplines d’enseignement contribuent aux enseignements pratiques interdisciplinaires. Les professeurs documentalistes et les conseillers principaux d’éducation, dans leurs champs de compétences respectifs, ont vocation à apporter leur expertise dans leur conception et à participer à leur mise en œuvre », stipule-t-elle. Même écho quand il s’agit de l’AP où les professeurs documentalistes « , ont vocation à apporter leur expertise dans sa conception et à participer à sa mise en œuvre ».

Les nouveaux programmes accordent  une large place à l’EMI.  Ils mentionnent souvent le rôle des professeurs documentalistes dans l’acquisition du socle de compétences.  » On veille à développer, avec le CDI et le professeur documentaliste, les compétences essentielles et omniprésentes maintenant à tous les niveaux de la formation, relatives au traitement de l’information, à la connaissance et à l’usage des médias », précise le programme de 6ème en lettres. On trouvera des mentions identiques en histoire-géo ou ne maths. « L’éducation aux médias et à l’information, présente dans tous les champs du savoir transmis aux élèves, est prise en charge par tous les enseignements », précisent les programmes. « Tous les professeurs, dont les professeurs documentalistes, veillent collectivement à ce que les enseignements dispensés en cycle 4 assurent à chaque élève une première connaissance critique de l’environnement informationnel et documentaire du XXIe siècle ».

Des situations contrastées

Pourtant il suffit de lire les messages des listes de discussion des professeurs documentalistes pour constater que le cas de Marie est loin d’être unique. « J’ai monté un projet d’AP. Il est très bien reçu sauf au moment de s’engager. Les collègues ne voient pas l’intérêt de dédoubler l’AP avec moi », écrit une enseignante d’un collège francilien. « Je pourrai intervenir en EPI mais en plus des 2 collègues qui travaillent en interdisciplinarité », explique une autre professeure documentaliste.

« Le problème c’est le paiement des heures « , explique une professeure documentaliste du Pas de Calais. Le décret sur les obligations de service des enseignants attribue 2 heures de service pour tout professeur documentaliste qui encadre un groupe d’élèves une heure. Autrement dit le professeur documentaliste vient en concurrent des heures des autres disciplines.

« Nous sommes les dindons de la farce de la réforme du collège », explique une professeure documentaliste de la région de Reims. Marie a envoyé de son coté sa solution à la ministre. « Puisque l’EMI est devenue aussi importante à vos yeux qu’aux nôtres, pourquoi ne pas nous l’attribuer officiellement sous la forme d’un enseignement d’info-documentation que vous pouvez appeler « parcours » »

François Jarraud

La circulaire

Les programmes

Décret service enseignant

Lire la suite : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/02/03022016Article635900797732621855.aspx