PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Dans les débats actuels autour de l’enseignement du code, de l’éducation aux médias et à l’information (EMI), de la formation aux usages, il est temps de lever les barrières. En d’autres termes, il est temps de rapprocher plusieurs courants de pensée qui, s’ils ne s’opposent pas fondamentalement, sont au moins complémentaires, au mieux participent de la même complexité d’un fait social total : le fait numérique. La transition des termes et initiales (TIC) et autres, faisant passer en trente années du domaine informatique au domaine numérique, n’est pas neutre. Il traduit un changement dans l’impact de l’objet informatique dans la société : de simple machine à automatiser le traitement de l’information, on en est venu à un environnement global envahi d’objets dont le fonctionnement est fondé sur l’informatique en réseau, c’est-à-dire sur des interactions à partir d’informations.

Le passage, dans de nombreux documents (parfois scientifiques) et de manière balbutiante, de la « science informatique » aux « sciences du numérique » est significatif d’un changement d’échelle : on passe d’une discipline associée à un ensemble d’objets et de concepts, « la science informatique », à plusieurs disciplines qui abordent la question de ce que ces objets et ces concepts font au monde, à la culture, à la société, « les sciences du numérique ». L’un n’est pas au-dessus de l’autre simplement ils n’abordent pas les choses de la même manière, même si, bien sûr, la science informatique fait partie des sciences du numérique. Pour le dire autrement, la science informatique forte de ses concepts s’est vue débordée par d’autres concepts ou plutôt par d’autres langages. Or ces langages ne sont plus seulement ceux issus de la mathématique, mais aussi ceux venus des sciences de l’humain. Certains parlent de littératie, d’autre de trans-littératie, d’autres encore d’appropriation, les mots ne sont que la traduction de l’invasion, de notre champ culturel, de langages plus ou moins récents qui se présentent le plus souvent de façon mélangée à l’humain que nous sommes. Ces trois langages sont, pour faire vite, le langage informatique, le langage d’usage et le langage d’information communication.

 – le langage informatique

– le langage d’usage

– le langage d’information communication (cf.EMI)

L’éducateur, l’enseignant, ne peut balayer d’un trait l’évolution de ces langages

Le monde scolaire est à ce sujet en débat (code, usage, EMI)

Lire la suite : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/06/05062015Article635690859681536118.aspx