PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation – N°61 – 1er trimestre 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Résumé :

Accordé par un inspecteur général signataire du rapport sur la mise en œuvre de la loi du 11 février 2005 dans l’Éducation nationale (juillet 2012) à un spécialiste des questions d’innovation institutionnelle, l’entretien analyse les changements – initiés ou renforcés par la loi – réalisés entre 2005 et 2012, ainsi que leurs limites : le passage d’une logique d’intégration scolaire à une logique de scolarisation inclusive est en cours, manifeste aux plans quantitatif et qualitatif, mais reste partiel. Les évolutions récentes liées à la scolarisation des adolescents handicapés sont significatives dans le cadre des établissements d’enseignement secondaire, particulièrement des lycées professionnels. Elles sont modestes au sein des établissements médico-éducatifs ou sanitaires, où les unités d’enseignement prévues par décret tardent à se mettre en place.

La construction de parcours de scolarisation est effective, mais ces parcours ne s’inscrivent pas encore clairement dans le cadre pluriannuel des cycles d’études. Une difficulté centrale tient à la répartition des responsabilités et des compétences, entre les instances chargées de préparer et de prendre les décisions (au sein des maisons départementales des personnes handicapées, les Commissions pour les droits et l’autonomie des personnes handicapées, CDAPH) et les responsables à divers niveaux de l’Éducation nationale. En confiant aux CDAPH la mission de construire avec les personnes intéressées un projet personnalisé de scolarisation, on les conduit à définir des projets qui n’en sont pas réellement, tout en ôtant aux professionnels de l’Éducation nationale les moyens de les élaborer pleinement. Le risque d’une « bureaucratisation » du handicap est souligné, ainsi que l’une des façons de s’en prémunir : affirmer clairement que l’éducation nationale doit être maîtresse d’œuvre des PPS.

La loi a permis de mettre en place de nouvelles formes d’organisation, de nouveaux métiers ou de nouvelles fonctions dans l’Éducation nationale (par exemple, enseignant référent, ou auxiliaire de vie scolaire). Les logiques de formation des enseignants, clés de voûte de l’essor de l’inclusion, sont abordées. Elles sont à diversifier et à recentrer autour de l’étude de cas précis et contextualisés. L’entretien conclut sur la nécessité de généraliser la démarche de parcours ainsi que la personnalisation des projets de scolarisation, et sur les conditions d’une École pleinement inclusive, au sein de laquelle la situation des élèves handicapés ne serait qu’un aspect de la prise en compte des besoins éducatifs particuliers de tous les élèves.

Mots-clés : Besoin éducatif particulier – Commission – Handicap – Inclusion – Innovation – Loi 2005-102 – Projet personnalisé de scolarisation – Scolarisation

 

 

Répondre