PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In AFPA – 14/06/2010 :

Accéder au site source de notre article.


Dans son dernier ouvrage paru en France : "Ce que sait la main" Richard SENNETT soulève la question de la séparation des savoirs engendrée par l’exacerbation de la division sociale et technique du travail. Dès le début de son ouvrage, il interpelle frontalement les représentations dominantes qui ont exacerbé la dévaluation des activités dites manuelles par opposition aux activités dites intellectuelles, nobles par essence… « Tout métier se fonde sur une compréhension éminemment cultivée.
Suivant une estimation courante, il faut autour de dix mille heures d’expérience pour produire un maître charpentier ou un musicien. (…) La technique au plus haut niveau n’est plus une activité mécanique (…) Les gratifications émotionnelles qu’apporte le métier qui s’acquiert sont doubles : les gens se trouvent ancrés dans une réalité tangible, et ils peuvent s’enorgueillir de leur travail.
Mais la société s’est mise en travers de ces gratifications dans le passé et continue de le faire aujourd’hui. A différents moments de l’histoire occidentale, l’activité concrète a été abaissée, dissociée des quêtes soi-disant plus nobles. La compétence technique a été coupée de l’imagination (…) et la fierté du travail bien fait, considérée comme un luxe. »

Répondre