PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In la documentation française :

Accéder au site source de notre article.


S O M M A I R E
Introduction….1
1 La mise en place et l’organisation de l’accompagnement éducatif 2
1.1. La mise en place institutionnelle2
1.2. La prise en compte de l’existant 3
1.3. Les intervenants 4
1.4. Les autres acteurs ..6
1.4.1. Du côté des ministères. 6
1.4.2. Du côté des collectivités territoriales.. 8
1.4.3. Du côté des associations …. 9
1.5. Le recrutement des élèves et la question du volontariat ..12
1.5.1. Le recrutement…. 12
1.5.2. Le volontariat … 13
1.5.3. Les effectifs…. 14
1.6. La question de la gestion du temps…..15
1.7. Les conséquences sur la vie scolaire et la question du transport scolaire..17
1.7.1. La vie scolaire … 17
1.7.2. Le transport scolaire ….. 18
1.8. La question des moyens….20
2. Pilotage, approches et contenus pédagogiques..23
2.1. Un pilotage pédagogique à affirmer…..23
2.2. Un certain déséquilibre dans les domaines d’activité proposés….24
2.3. L’aide aux devoirs et aux leçons…25
2.3.1. Des dérives éventuelles….. 25
2.3.2. Les conditions matérielles .. 26
2.3.3. Des conceptions contestables … 26
Un bilan
Au terme de cette mission, et après dix mois de suivi, il est possible d’établir un bilan positif de la mise en place d’un dispositif relativement complexe.
– Il s’est implanté sur les bases et dans la logique des actions déjà menées dans le cadre de l’éducation prioritaire. Pour cette raison sans doute, l’aide aux  devoirs et aux leçons, qui existait déjà sous des formes et des appellations diverses, s’est largement développée, les clubs ou les ateliers déjà en place ayant fourni l’essentiel des pratiques artistiques, culturelles et sportives.
– Les principaux de collège ont essentiellement travaillé à l’intérieur de leur établissement, en adaptant l’existant. Les contacts avec les partenaires extérieurs ont été limités.
– La présence des professeurs au sein de ce dispositif s’est avérée être un facteur déterminant de réussite. Tout doit être fait pour qu’elle soit maintenue dans le cadre de la généralisation.
– Une certaine souplesse s’affirmait dans le texte de cadrage national. Elle s’est révélée très nécessaire sur le plan de l’organisation et il paraît essentiel de la réaffirmer, en particulier dans le domaine de l’organisation horaire. Elle pourrait alors être un élément de réponse à la question du ramassage scolaire.
– Sur le plan pédagogique, en revanche, il semble important d’affirmer tout à la fois la spécificité de l’accompagnement éducatif – il n’est ni le lieu ni le moyen permettant de dispenser des heures de cours supplémentaire et le lien qu’il entretient avec les cours dispensés selon les horaires en vigueur, en particulier dans le cadre de l’aide aux devoirs et aux leçons.
– Le volontariat des élèves a fréquemment été guidé, surtout à partir du deuxième trimestre. Il a cependant été très difficile, voire impossible, de faire venir les élèves en grande difficulté.
– Le pilotage pédagogique a été souvent insuffisant. Des actions de formation – nationales, académiques et locales – seront nécessaires pour que le dispositif trouve sa pleine efficacité. Les IA-IPR devront être étroitement associés à cette réflexion.

Categories: 3.6 Accompagnement

Répondre