PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Cybergeo.revues :

Accéder au site source de notre article.


Cet article se propose d’étudier les espaces de vie des étudiants de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée à partir de leurs mobilités et des lieux qu’ils fréquentent. La question des mobilités quotidiennes s’avère cruciale pour ces étudiants de l’Est francilien qui résident dans un espace caractérisé par un éclatement des centralités. Nous partons de l’hypothèse que cette polycentralité implique un haut degré de mobilité et par conséquent une double dépendance de ces étudiants vis-à-vis de leurs parents et de l’automobile.

S’appuyant sur une enquête quantitative et des données qualitatives, et s’inspirant de la géographie sociale, il s’agit de comprendre comment les étudiants d’une université périphérique connectent leurs espaces de vie en jouant sur les distances et proximités. La dépendance au contexte familial et à l’automobile, à laquelle s’ajoute la contrainte de la localisation résidentielle, fait ressortir une grande inégalité des étudiants face à la mobilité. Leur intense mobilité ne doit pas être entendue comme une marque d’émancipation mais plutôt comme révélatrice de cette double dépendance. Nous démontrons que ces étudiants ont des pratiques de mobilités proches de celles des périurbains franciliens, et plus précisément des ménages non motorisés.

SOMMAIRE
 

Introduction

Répondre