PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In IREV du Nord-Pas de Calais – le 11 décembre 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Précédemment…

En juillet 2013 : dans le cadre de la modernisation de l’action publique (MAP), présentation d’un rapport qui évalue la politique de l’éducation prioritaire et souligne les leviers pour une éducation prioritaire plus efficace (voir notre article à ce sujet).

Phase de concertation en octobre / novembre 2013 : les assises

En octobre une première demi-journée d’échanges a été organisée dans chaque réseau d’éducation prioritaire (REP) avec les équipes des écoles et établissements, pour discuter du rapport de juillet et faire part de leurs propositions complémentaires. Cela a produit une synthèse à l’échelle de chaque académie. En novembre, ces synthèses ont servi de base aux travaux des assises, qui ont réunis, toujours à l’échelle des académies, en plus de l’éducation nationale et de ses représentants, des partenaires tels que les parents d’élèves, les collectivités territoriales ou encore certaines associations. Les débats étaient organisés à partir des six thématiques suivantes, définies par le ministère :

  • les pratiques pédagogiques et éducatives ;
  • l’accompagnement et la formation des personnels ;
  • les modalités du travail en équipe, en réseau, en partenariat ;
  • le pilotage et l’évaluation ;
  • l’allocation des moyens ;
  • la carte de l’éducation prioritaire.

Afin de contribuer aux échanges, le centre Alain-SAVARY de l’Institut Français de l’Education avait proposé des synthèses problématisées pour chacun de ces six thèmes.

Pour l’académie de Lille, les assises ont abouti aux propositions suivantes

  • Une école ambitieuse dans son exigence du niveau attendu, et qui répond en priorité aux besoins éducatifs de l’élève, avec un recentrage sur les apprentissages fondamentaux. Vient ensuite les besoins culturels de l’élève (ouverture sur le monde…). Une attention particulière devrait également être accordée à la lecture et à la question du langage (notamment pour les moins de trois ans), et ce en lien avec les familles et les élèves de primaire et du secondaire pour créer un lien;
  • Une école qui porte de l’estime aux élèves, dans une relation de confiance et de respect mutuel (favoriser les pratiques de groupe pour l’estime de soi, expliciter les consignes de travail…);
  • Question de l’évaluation : valorisation les réussites, reconnaître un droit à l’erreur, permettre le « risque de se tromper » et ne pas mettre en avant la sanction qui stigmatise les échecs, trouver des alternatives au doublement, questionner le fonctionnement par notes, connaître et expliciter les critères d’évaluation en amont;
  • Différenciation pédagogique pour tenir compte du profil des élèves et du milieu social;
  • Accueil, sécurisation et stabilité : un climat propice aux apprentissages, qui intègre mieux le vivre ensemble, qui rend sa valeur au système éducatif, qui met en place des espaces d’écoute de l’élève et qui favorise les classes à effectif réduit;
  • Inclusion et prise en compte des parents : confier aux parents le rôle de relayer le message institutionnel transmis en classe, les intégrer au-delà des rendez-vous institutionnels en développant des dispositifs : lieux d’accueil parents, adulte-relais pour les relations familles-école…;
  • Une pédagogie de projet partenariale : création d’un parcours de l’élève, renforcement de la continuité école-collège-lycée (la méthodologie enseignée doit être transposable à chaque niveau et les programmes doivent s’articuler), harmonisation des discours et postures du personnel de l’établissement, définition claire des objectifs, travail en équipe pédagogique et transdisciplinaire pour avoir une vision claire de la compréhension et de la réussite des élèves, accompagnement des élèves sur l’éducation à l’orientation, travail de partenariat (EAP, CDI, Dispositif de Réussite Educative, cellule de veille de l’établissement, suivi médico-social, préfet des études…). Nécessité de développer un outil de pilotage (contrat d’objectifs, projet d’établissement);
  • Les besoins de formation exprimés sont notamment liés à la pédagogie : méthodologie (apprendre à apprendre), gestion des conflits, modalités d’évaluation, connaissance des problématiques locales, appropriation du projet de l’établissement, relationnel avec les familles…;
  • Les indicateurs à prendre en compte pour la définition de la carte de l’éducation prioritaire : indicateurs sociaux, scolaires, taux de parents non francophones, taux d’élèves non-scolarisés antérieurement.

Téléchargez la synthèse de ces assises sur le site de l’académie de Lille.

Prochaine étape :

C’est à partir des enseignements de ces assises que début 2014, les ministres de l’Education nationale et de la Réussite éducative vont proposer des orientations pour l’évolution de la politique de l’éducation prioritaire. Les mesures décidées seront ensuite testées progressivement et mises en œuvre à partir de la rentrée scolaire 2014.

Pour aller plus loin :

Répondre