PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Dans une Note d’information parue en décembre 2015, la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) se penche sur l’expérimentation qui se déroule depuis 2013 dans une centaine d’établissements publics concernant l’orientation des élèves à l’issue du collège. Dans ce cadre de ce test grandeur nature, la famille a le dernier mot quant à la décision d’orientation.
 
Selon la DEPP, les conséquences en termes d’augmentation ou de diminution des taux de passage vers la seconde générale et technologique ou le second cycle professionnel sont finalement plutôt minimes.  Avec une année de recul, il apparaît qu’ « au-delà d’une légère baisse du taux moyen de passage dans la voie professionnelle, ces collèges semblent suivre les tendances nationales. »
 

Il faut dire que le mouvement de faire passer davantage de jeunes vers le lycée est actif depuis une quinzaine d’années. « La proportion des collégiens poursuivant leur formation en second cycle GT s’est progressivement élevée, passant de 56,7 % en 2000 à 59,2 % en 2010 puis 63,1 % en 2014.
 
Dans le même temps, les taux de passage en second cycle professionnel ont très légèrement régressé, passant respectivement de 26,3 % à 24,7 % puis 24,1 % des effectifs. Ce constat vaut également lorsqu’on sélectionne seulement les collèges publics de France métropolitaine d’où l’échantillon de collèges expérimentateurs provient. »

 
Selon la DEPP, « la comparaison des 107 collèges expérimentateurs avec 107 collèges témoins géographiquement et structurellement proches ne permet pas de déceler, en moyenne, d’effet statistiquement significatif de l’expérimentation sur les écarts de taux de passage en second cycle GT et en second cycle professionnel. »
 
Dans le cadre de cette expérimentation, en cas de non-conformité des propositions du conseil de classe avec les demandes de l’élève et de sa famille, ces derniers sont reçus au collège : le chef d’établissement et le professeur principal leur expliquent les propositions d’orientation, recueillent leurs observations et les adressent à un conseiller d’orientation-psychologue.

À l’issue de cette période, et éventuellement d’un nouvel entretien, la persistance d’un désaccord conduit alors à une décision d’orientation prononcée conformément au choix de l’élève et sa famille.

Lire la suite : https://savoir.actualitte.com/article/analyses/1378/orientation-quand-les-familles-decident-a-la-fin-du-college