PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Vous Nous Ils – le 4 juillet 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Près de 1.500 postes "équi­va­lent temps plein" (ETP) vont être créés par la Ville de Paris pour "dépré­ca­ri­ser" et embau­cher des per­son­nels dans le cadre de la réforme des rythmes sco­laires, a annoncé la Ville jeudi.

La réforme, que la Ville a choisi de mettre en oeuvre dès 2013, pré­voit le retour à quatre jours et demi d’école par semaine (au lieu de quatre), et la mise en place d’activités péri­sco­laires dans le temps ainsi déga­gés. 137.200 enfants sco­la­ri­sés dans 662 écoles publiques, mater­nelles et élémen­taires sont concer­nés à Paris.

Une série de déli­bé­ra­tions por­tant sur l’aménagement des rythmes éduca­tifs va être pro­po­sée au vote des conseillers de Paris lors de leur pro­chaine assem­blée plé­nière, de lundi à mer­credi. L’une d’elle pro­pose la créa­tion de 1.481 postes ETP, dont envi­ron 1.200 pour "dépré­ca­ri­ser" quelque 2.000 agents, le reste repré­sen­tant des embauches nettes, a pré­cisé le cabi­net du maire de Paris Bertrand Delanoë (PS).

Le maire de Paris s’était engagé en février à enga­ger un vaste plan de titu­la­ri­sa­tion des nom­breux vaca­taires du sec­teur de l’animation pour mener à bien la réforme, vive­ment contes­tée par les enseignants.

Ces créa­tions de postes vont coû­ter 12,3 mil­lions d’euros en 2013. Au total, les dépenses enga­gées en 2013 pour l’aménagement des rythmes se mon­te­ront à 25,8 mil­lions d’euros, comme la Ville l’avait annoncé la semaine der­nière. La Caisse d’allocation fami­liale contri­buera à hau­teur de 9,8 mil­lions d’euros, l’Etat appor­tant 2,3 mil­lions d’euros via le fonds d’amorçage dédié.

Le coût annuel de la réforme est estimé à 140 euros par élève et par an.

Les conseillers de Paris seront par ailleurs invi­tés à approu­ver l’attribution de 7,6 mil­lions d’euros de sub­ven­tion à 353 asso­cia­tions pour la mise sur pied de 669 ate­liers cultu­rels et plu­ri­dis­ci­pli­naires. Il leur sera aussi pro­posé de voter le lan­ce­ment et la signa­ture de 77 mar­chés publics pour la mise en place de 148 ate­liers éduca­tifs, pour un mon­tant pré­vi­sion­nel d’un mil­lion d’euros.

"Nous sommes dans le calen­drier que nous nous sommes fixé", a com­menté le cabi­net du maire.

Le groupe PCF-PG et le groupe UMP ont rap­pelé jeudi leur oppo­si­tion à la mise en oeuvre de la réforme dès 2013. "Nous trou­vions le calen­drier pré­ci­pité. Nos craintes sont confir­mées. Le risque que la ren­trée soit un grand bazar existe sérieu­se­ment", a pré­venu Ian Brossat lors de la confé­rence de presse de son groupe pré­pa­ra­toire au Conseil de Paris. "On s’attend à une ren­trée extrê­me­ment dif­fi­cile", a de son côté com­menté le pré­sident du groupe UMP Jean-François Legaret.

Répondre