PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

L’objectif de généralisation des projets éducatifs territoriaux (PEDT) que s’était fixé Najat Vallaud-Belkacem en décembre 2014 n’est pas encore tout à fait atteint mais la ministre de l’Education nationale se félicite des résultats obtenus en l’espace d’un an. De « moins de 40% » des communes comptant une école publique couvertes par un PEDT, ce sont désormais « un peu plus de 91% » d’entre elles qui sont couvertes (au 31 décembre 2015). Soit 96% des effectifs d’élèves scolarisés dans les écoles publiques.
« Ce résultat favorise la bonne mise en œuvre des nouveaux rythmes et souligne l’importance accordée par les élus aux enjeux éducatifs », indique le ministère de l’Education nationale dans un communiqué rappelant que les PEDT ont été « initiés par les élus locaux pour proposer à chaque enfant un parcours éducatif cohérent et de qualité avant, pendant et après l’école, organisant la complémentarité des temps éducatifs et des interventions auprès des enfants ».
Le ministère évoque la création de la banque de ressources en ligne (pedt.education.gouv.fr) réalisée avec le concours des associations d’élus (AMF, AMRF, APVF), de la caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) et du centre national de la fonction publique (CNFPT) afin d’accompagner la mise en œuvre des PEDT. Ce sont « près de 19 000 communes, représentant 5,2 millions d’élèves » qui auraient bénéficié d’un acompte de soutien. Au total, 108 millions d’euros ont été versés aux communes et 1,8 million d’euros – au titre de plus de 82 000 élèves – s’agissant des écoles privées. Toutefois, les écoles privées et les communes qui, « pour des motifs légitimes », n’ont pas formulé « valablement » une demande d’aides ou attester de la signature de la convention de PEDT au 30 novembre dernier pourront percevoir un versement unique de l’aide.
Pour 2016, la ministre de l’Education nationale prépare un décret, destiné aux communes bénéficiaires de la DSU cible ou de la DSR cible, modifiant les règles du fonds de soutien afin de « maintenir aux communes éligibles le bénéfice du taux majoré d’aides (90 euros au lieu de 50 euros) pour toute la durée du PEDT en cours et dans la limite de trois années scolaires », précise le ministère. Le maintien de ce niveau d’accompagnement financier de l’État « concernera les communes qui bénéficiaient de la majoration des aides du fonds en 2014-2015 » mais également « celles qui pourraient, compte tenu des règles d’éligibilité, en perdre le bénéfice au cours des années scolaires 2016-2017 et 2017-2018 », détaille le ministère de l’Education nationale. Le projet sera présenté d’ici la fin du mois au comité des finances locales et au Conseil d’Etat.

Lire la suite : http://www.maire-info.com/article.asp?param=19166&PARAM2=PLUS&nl=1