PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

De façon exceptionnelle, un comité interministériel « Egalité Citoyenneté » s’est tenu ce lundi 26 octobre 2015 aux Mureaux. En présence de 17 ministres, le gouvernement a voulu montrer son action en faveur des habitants des quartiers prioritaires. Si un bilan des actions en cours a été présenté, ce fut aussi l’occasion d’annoncer de nouvelles mesures pour s’attaquer efficacement aux ségrégations.
 
La répartition des élèves dans les collèges
                                                
Dans ce cadre, l’école a un rôle de premier plan à jouer. Pour améliorer à la mixité sociale des publics scolarisés au sein des établissements, le code de l’Éducation prévoit dorénavant que « lorsque cela favorise la mixité sociale, un même secteur de recrutement peut être partagé par plusieurs collèges publics situés à l’intérieur d’un même périmètre de transports urbains ».
 
La définition de secteurs communs à plusieurs collèges, avec les collectivités territoriales volontaires, peut permettre une véritable avancée en globalisant la répartition d’un ensemble d’élèves entre plusieurs collèges.
 
D’ici la fin 2015, cette démarche sera déployée dans un minimum de 10 territoires pilotes. Les académies et les collectivités finaliseront le dispositif adapté à leur territoire en concertation avec la communauté éducative, les parents d’élèves et les habitants concernés, avec l’objectif que les décisions opérationnelles puissent intervenir au premier trimestre 2016 pour être effectives à la rentrée 2016.
 
La mobilisation des conservatoires
 
À partir de 2016, le ministère de la Culture et de la Communication va redéfinir ses modalités d’intervention auprès de 450 conservatoires classés par l’État et mobiliser des financements nouveaux (13,5 millions d’euros, soit +8 millions d’euros au projet de loi de finances pour 2016), outre les crédits d’éducation artistique et culturelle dont les conservatoires bénéficient déjà (environ 2 millions d’euros / an).
 
Cette nouvelle politique doit permettre d’accueillir plus de jeunes, d’origines sociales plus diverses, parmi les 300 000 élèves inscrits chaque année. Une aide nouvelle en faveur des familles les plus modestes sera expérimentée pour les aider à emprunter ou à acquérir un instrument de musique pour leurs enfants.
 
L’enjeu est également d’assurer une meilleure couverture territoriale, en particulier dans les quartiers prioritaires. Le « plan conservatoires » permettra d’accompagner les conservatoires dont le projet comporte un volet ambitieux en faveur de la jeunesse, de la diversité artistique et culturelle, de l’irrigation culturelle des territoires et du développement des pratiques collectives.
 
Reconnaître et soutenir les cultures urbaines
 
Les cultures urbaines et le hip-hop, bien que présents depuis plus de trente ans en France, demeurent pour partie en marge des institutions culturelles, alors même qu’ils constituent une part importante des pratiques culturelles des jeunes.
 
Le ministère de la Culture et de la Communication souhaite donc mieux accompagner les acteurs des cultures urbaines et reconnaître leur place entière dans les politiques culturelles. Plusieurs actions sont lancées :

• la création d’un diplôme national supérieur professionnel (DNSP) de danse hip-hop qui doit permettre la professionnalisation des danseurs dans ce domaine ;

• le soutien à la réalisation d’œuvres réalisées par des artistes de street-art dans le cadre de la commande publique en 2015 et 2016 ;

• le soutien au développement du « Buzz Booster », dispositif dédié au repérage de jeunes talents du rap.
 
Dans la continuité de cette démarche et en complément d’autres actions à venir, le ministère de la Culture et de la Communication et le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, soutiendront au printemps 2016 la création d’un grand évènement national dédié aux cultures urbaines et au hiphop.
 
Ouvrir les écoles de service public

Chacune des 75 écoles qui préparent à l’accès à la fonction publique devra proposer un programme de renouvellement des origines sociales de ses élèves d’ici le 30 juin 2016, pour une mise en œuvre progressive à la rentrée 2016.
 
Ce programme s’appuiera sur un diagnostic portant sur l’origine socio-économique des élèves et fixera un objectif de diversification de recrutement. Il pourra inclure des dispositifs du type : développement de l’apprentissage, mobilisation des classes préparatoires inté- grées (CPI), et toute autre modalité qui sera proposée par les écoles.
 
Accompagner l’accès à l’enseignement supérieur
 
Des parcours d’excellence vers l’enseignement supérieur seront mis en place pour les collégiens de Réseau d’éducation prioritaire (REP+) et les lycéens professionnels. Sur la base de l’expérience réussie du dispositif PEI (Programme d’études intégrées) initié par Sciences Po Lille et porté maintenant par le réseau des Instituts d’études politiques (IEP), un cahier des charges national sera établi pour permettre la mise en place, d’ici la rentrée 2017 et dans les 350 collèges REP+, de parcours d’excellence conduisant des collégiens de 3e volontaires à préparer leurs poursuites d’études et l’accès à l’enseignement supérieur.
 
Un délégué ministériel aux parcours d’excellence sera désigné pour conduire les partenariats autour de cette démarche avec les établissements scolaires, les établissements d’enseignement supérieur, les grandes associations partenaires du ministère, les collectivités territoriales, ou encore les branches professionnelles. Il suivra la mise en œuvre des expérimentations qui seront engagées à la rentrée 2016, en vue d’une généralisation dans les 350 collèges REP+ d’ici à la rentrée 2017
.

Lire la suite : http://savoir.actualitte.com/article/societe/1223/quartiers-prioritaires-de-nouvelles-mesures-pour-lutter-contre-les-segregations