PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Dans le prolongement de son projet fédéral « Agir pour une émancipation de toutes et de tous permettant l’accès à l’ensemble de leurs droits de citoyens », l’assemblée Générale 2013 de la Fédération Générale des PEP réunie à Poitiers le 22 juin 2013, réaffirme son engagement d’acteur associatif exerçant, dans une démarche de transformation sociale, des missions d’intérêt général dans le cadre de relations conventionnelles dynamiques avec les services de l’Etat, les institutions publiques et les collectivités territoriales.

 

Forte de l’expertise que lui donnent ses actions, d’une part,  dans le domaine social et médico-social, dans l’accompagnement des enfants, adolescents et adultes, en situation de handicap pour la mise en œuvre des parcours, et d’autre part,  dans l’accompagnement des loisirs et des politiques éducatives de proximité, la FG PEP réaffirme l’engagement de son réseau pour la réussite des avancées sociétales que constituent l’école inclusive et le projet éducatif territorial pour aller vers une société inclusive.

C’est pourquoi elle s’est donc félicitée du dessein porté par le ministre de l’éducation nationale pour la refondation de l’école de la République : « Bâtir une école à la fois juste pour tous et exigeante pour chacun ».

Cette Loi, parce qu’elle prend en compte le principe d’« école inclusive », parce qu’elle reconnaît  les associations complémentaires comme partie prenante de la communauté éducative, parce qu’elle ouvre la voie à une généralisation du « projet Educatif territorial », offre les bases pour la réussite d’une nouvelle ambition partagée pour l’école de la République. 

L’assemblée générale de la FG PEP réaffirme donc pleinement l’engagement de son réseau pour la réussite de ces deux avancées décisives que constituent l’école inclusive et le projet éducatif territorial.

Réussir l’école inclusive, cela signifie :

scolariser tous les enfants sans discrimination et mettre en place les aides reconnues nécessaires ;

permettre aux enfants, adolescents et jeunes adultes  d’être partie prenante de leur projet éducatif et de vie et aux parents d’être pleinement acteurs des projets d’établissements, de services, de leurs  projets de vie ;

        affirmer un véritable socle commun de connaissances, de compétences et de culture qui fasse de l’école non un lieu de sélection  mais un lieu d’accès à la culture et au savoir pour tous ;

          instituer une démarche partenariale d’orientation positive, ce qui suppose que l’école s’adresse effectivement et le plus longtemps possible, à tous les élèves.

 

Cette ambition implique la mise en place d’authentiques espaces éducatifs réunissant sur un territoire donné les politiques publiques, notamment celles des ministères de l’Education et de la Santé en mettant en place des synergies et des coopérations entre les établissements de droit public et les établissements et dispositifs d’accompagnement à la scolarité, médico-sociaux, sociaux ou culturels.

Cette ambition ne saurait se concevoir, sans une réelle professionnalisation et un statut pérenne des accompagnants de vie scolaire, sociale et professionnelle, requis pour les jeunes  en situation de handicap. La FGPEP est prête à s‘y engager.

                                                              

Réussir les projets éducatifs territoriaux (PEDT), cela implique :

          de constituer, conformément à une définition des PEDT proposée par la FGPEP en amendement à l’art 46 de la loi, « le cadre dans lequel un territoire, à partir d’ambitions, de finalités et de valeurs partagées, définit, organise et met en œuvre une politique éducative globale articulant les actions pédagogiques conduites dans le cadre des projets d’école et d’établissement avec les activités éducatives des collectivités territoriales et celles des associations »; 

          de voir se généraliser dans le respect des principes de laïcité et de gratuité, garant de l’égalité de l’accès de tous aux activités et sur la base d’une co-construction (État, collectivités locales, associations, parents…) des parcours authentiquement éducatifs pour tous qui ne se réduisent pas à des activités occupationnelles soucieuses de ne se conformer qu’aux seuls nouveaux rythmes scolaires ;

          de rendre ces parcours véritablement producteurs d’une éducation, contribuant, pour tous les jeunes, à leur formation et leur l’épanouissement ;

          de veiller à ce que les PEDT n’accroissent pas les risques de disparités éducatives entre les jeunes, mais qu’ils soient au contraire un facteur majeur d’amélioration républicaine pour la réussite éducative de tous, le vivre ensemble, et l’appropriation par tous des valeurs de respect et d’humanisme ; 

          de prendre en compte, sur chaque territoire, l’articulation des Projets Educatifs Territoriaux (PEDT) avec les Projets Régionaux de Santé (PRS).

 

En complément de ces deux orientations, l’assemblée Générale de la FG PEP réaffirme son engagement et ses propositions pour :

         que ses composantes soient associées  à la formation des métiers de l’enseignement et de l’éducation, depuis la préprofessionnalisation jusqu’à la formation continue en passant par l’entrée dans l’exercice de la fonction sur un territoire,  et qu’elles concourent ainsi à la réussite de la mise en place des Ecoles du Professorat et de l’Education ;

         que de nouvelles dispositions soient rapidement mises en place pour donner suite à la priorité présidentielle d’une nouvelle politique pour la Jeunesse (aide aux départs en séjours collectifs et en classes de découvertes, statut du volontariat, etc) ;

         que soit concrétisée la proposition qu’elle a formulée, de mise en place d’une relation conventionnelle sur objectifs non seulement avec le ministère de l’Education Nationale, mais aussi avec le ministère délégué chargé de la réussite éducative, le ministère des affaires sociales et de la santé, le ministère délégué chargé des personnes handicapées, le ministère délégué chargé de la famille, le ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative et le ministère des Outre-Mer.

 

La FG PEP a en effet la conviction qu’avec ses champs d’intervention quotidiens se faisant en relation permanente avec ces différents ministères, elle joue déjà et pourrait jouer davantage encore, un vrai rôle de vecteur d’inter ministérialité, complémentaire des politiques publiques et promoteur d’innovations et de recherches. 

L’assemblée générale de la FG PEP :  

          appelle l’ensemble de ses membres – associations départementales et territoriales, unions régionales et associations partenaires – à développer leurs actions pour l’avancée de ces orientations au cours des années 2013 / 2014, en développant tous les partenariats associatifs nécessaires, et notamment ceux qui la lient aux associations partenaires de l’école rassemblées dans les « CAPE académiques ».  

          demande solennellement, dans le cadre de ses relations conventionnelles avec les services de l’Etat, au gouvernement la reconduction et le renforcement des moyens publics assignés, pour la période 2014/2016, à la réalisation des actions éducatives, sociales et médico-sociales complémentaires qu’elle exerce avec son réseau d’associations  sur l’ensemble du territoire national. 

          s’adresse aux collectivités territoriales pour qu’elles élaborent chacune des projets éducatifs territoriaux favorisant des parcours de réussite éducative de tous et déclare son engagement complet à leur côté.

 

Répondre