PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Vous Nous Ils – le 12 juin 2013 :

Accéder au site source de notre article.


Le minis­tère de l’Education natio­nale a déploré mer­credi "des écarts insup­por­tables de réus­site" au bac­ca­lau­réat selon les ori­gines sociales, lors de la confé­rence de pré­sen­ta­tion de l’édition 2013 de l’examen.

"On constate qu’il y a encore de très grandes inéga­li­tés dans notre pays dans l’accès au bac géné­ral et tech­no­lo­gique ou même pro­fes­sion­nel. Trois caté­go­ries sociales aujourd’hui voient pour leurs enfants les chances d’obtenir le bac quel qu’il soit dimi­nuer: ce sont les enfants d’inactifs, d’employés de ser­vice et d’ouvriers non qua­li­fiés", a déclaré à la presse Jean-Paul Delahaye, direc­teur géné­ral de l’enseignement scolaire.

"Les écarts sont en train de se creu­ser (…) et tout le tra­vail de la refon­da­tion de l’école (…), c’est de réduire ces écarts insup­por­tables de réus­site selon les ori­gines sociales. C’est un tra­vail de longue haleine", a-t-il sou­li­gné, à cinq jours du coup d’envoi des épreuves écrites du bac.

Selon M. Delahaye, 90% des élèves issus de caté­go­ries sociales favo­ri­sées accèdent à l’enseignement supé­rieur. Ce n’est donc pas là qu’il y a des "marges de pro­gres­sion" pour "élever le niveau de for­ma­tion géné­ral des enfants". "La vraie marge de manoeuvre, c’est de mieux faire réus­sir les enfants des pauvres".

"Un pays qui ne se pré­oc­cupe pas suf­fi­sam­ment" des enfants en très grande dif­fi­culté, "c’est un pays qui aura un jour des dif­fi­cul­tés aussi avec son élite", a-t-il prévenu.

"Le pour­cen­tage d’élèves issus de milieux popu­laires ayant le bac n’est pas encore suf­fi­sant, mais il a mal­gré tout aug­menté", a cepen­dant sou­li­gné M. Delahaye.

Parmi les élèves entrés en sixième en 1995, 71,7% des enfants d’enseignants ont fina­le­ment décro­ché en 2010 un bac géné­ral, 68,2% d’enfants de cadres supé­rieurs, 20,1% d’enfants d’ouvriers qua­li­fiés, 13% d’enfants d’ouvriers non qua­li­fiés, et 9,2% d’enfants d’inactifs, selon des sta­tis­tiques du ministère.

Concernant les enfants d’inactifs, 12,7% n’ont pas atteint la troi­sième et seuls 9,4% ont entamé des études supérieures.


 

 

Categories: 4.2 Société

Répondre