PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Environ un tiers des quarante-sept communes du département ont demandé de changer, à plus ou moins grande échelle, d’organisation pour les rythmes scolaires à la rentrée prochaine. Des propositions qui ont été validées, excepté pour Sucy, lors du conseil départemental de l’Education nationale ce vendredi.

Tour d’horizon.

Champigny et La Queue-en-Brie passent au mercredi. C’est le changement le plus radical attendu pour le mois de septembre prochain. Les villes de Champigny et La Queue-en-Brie ont demandé à passer du samedi au mercredi matin. A Champigny, 86 % des parents se sont déjà prononcés lors d’un vote pour cette option. Même plébiscite à La Queue-en-Brie où la proposition a recueilli 80 % des voix des parents d’élèves. « Je suis contraint et forcé de plier devant les parents, indique Jean-Paul Faure-Soulet (UMP), le maire. Certains d’entre eux n’ont pas de responsabilisation vis-à-vis de leurs enfants car ils ne les mettent pas à l’école le samedi matin. On est à 80 % d’absentéisme en élémentaire. Ça n’est pas normal d’avoir aussi peu de cours avant l’entrée en 6e. » L’élu, qui se dit « totalement opposé à la réforme des rythmes scolaires qui n’apporte rien », précise qu’il n’y aura plus de temps d’activité périscolaire (TAP).

Les autres modifications.Il y a celles qui, comme Chevilly-Larue et Villeneuve-le-Roi, adoptent un cadre expérimental. A Chevilly, les maternelles auront, comme les élémentaires, une demie journée de temps d’activités périscolaires. Villeneuve-le-Roi libère un après-midi par semaine. Certaines communes, comme Alfortville, L’Haÿ avancent l’heure des cours à 8 h 30. Boissy, Valenton commenceront aussi à 8 h 30. D’autres repoussent le début des cours à 9 heures comme Fontenay. A Villecresnes, les maternelles commenceront dix minutes plus tôt. Bonneuil, Choisy, et Thiais alterneront les groupes scolaires pour ne pas que ce soit les mêmes qui finissent plus tôt le mardi et vendredi. Sucy devra consulter les conseils d’écoles pour que la pause méridienne soit décalée d’un quart d’heure.

Six villes gardent le samedi. Ivry, Le Plessis-Trévise, Noiseau, Ormesson, Saint-Maur et Villiers ont décidé de conserver le samedi matin travaillé. Un choix peut-être provisoire pour Saint-Maur : « Je souhaite une année de stabilisation pour organiser un vrai calendrier. Je rassemble des Etats généraux de la ville éducative. Si tous les acteurs considèrent que c’est le mieux, je passerai au mercredi pour la rentrée 2016-2017. » L’élu estime également que dans l’hypothèse d’un retour au libre choix des communes, supprimer le samedi serait « sans conséquence ». Un passage au mercredi coûterait selon lui « deux foix plus cher » que les 1,2 million d’euros actuellement dépensés par la ville pour la réforme. A Villiers, l’opposition des parents qui ont déposé des pelochons devant la mairie samedi dernier, n’a pas modifié la donne. L’association de parents d’élèves Peep 94 a par ailleurs envoyé un courrier au préfet pour lui demander la fin du samedi travaillé.

Lire la suite : http://www.leparisien.fr/creteil-94000/rythmes-scolaires-ce-qui-change-dans-16-communes-du-94-17-04-2015-4702831.php