PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Montpellier Agglo – n°15 – septembre 2013 :

Accéder au site source de notre article.


10 communes de l’agglomération mettent en œuvre la réforme des rythmes scolaires dès cette rentrée 2013, en passant à la semaine de 4,5 jours dans le primaire. Territoire pilote pour cette réforme, Montpellier Agglomération les accompagne en leur proposant gratuitement des parcours culturels éducatifs, des formations pour les personnels communaux et une offre de transport adaptée.

Dès le 2 septembre 2013, les écoles primaires de Castries, Clapiers, Cournonsec, Jacou, Le Crès, Lavérune, Saussan, Murviel-lès-Montpellier, Saint Drézéry et Sussargues passent à la semaine de 4,5 jours, avec des journées allégées et le mercredi matin travaillé.

3850 enfants sont concernés immédiatement, et lors de la rentrée 2014, avec le passage des 21 autres communes dont Montpellier, ils seront 35 000 sur tout le territoire de l’Agglomération. Depuis sa création, l’Agglomération de Montpellier mène une action éducative en accueillant chaque année 110 000 scolaires dans ses équipements culturels et sportifs.

La collectivité propose des formations à la natation sur le temps scolaire (18 700 scolaires/an) et au patinage (6 100 scolaires/an), gère le centre de loisirs de l’Écolothèque et les transports liés à toutes ces activités. Une action éducative qu’elle élargit et renforce aujourd’hui en proposant des mesures d’accompagnement pour les 10 communes qui passent à la semaine de 4,5 jours.

Six à huit séances d’activités culturelles

La principale mesure est un parcours culturel éducatif, que les animateurs des écoles pourront faire avec les établissements de l’agglomération et ses partenaires associatifs, à raison d’une séance hebdomadaire pendant 8 semaines. Plusieurs thèmes seront proposés : jeux de société avec les médiathèques, arts plastiques et patrimoine avec les musées Fabre et Lattara, éducation à l’environnement avec l’Écolothèque et l’aquarium Mare Nostrum, sciences avec le planétarium Galilée, arts vivants avec le conservatoire, l’opéra, les théâtres…

La commune de Saussan, par exemple, a signé une convention avec l’Écolothèque voisine, située à Saint Jean de Védas.

« Les enfants terminent la classe plus tôt, à 15h45 et le mercredi à 11h30, ce qui permet de développer les activités périscolaires en fin de journée, jusqu’au retour des parents », explique l’adjointe aux affaires scolaires.

L’objectif de Montpellier Agglomération est que les enfants aient accès à ces parcours trois fois au cours de leur scolarité, de la maternelle au CM2. Les groupes compteront 8 à 12 enfants. « Ces activités d’éveil et de découverte peuvent donner envie aux enfants de pratiquer des disciplines, comme le cirque, elles contribuent à former des citoyens, à travers les notions de développement durable et d’égalité hommes-femmes, et elles peuvent aussi amener les familles vers notre offre culturelle », explique la Vice-présidente de Montpellier Agglomération chargée de la Culture.

Former les animateurs communaux

Ces équipements disposent d’une forte expertise, comme l’éducation à l’environnement à Écolothèque, et couvrent tout le territoire. Les responsables pédagogiques et les animateurs de Montpellier Agglomération proposeront de former des « relais » parmi les animateurs locaux.

« Il est important pour nous d’être dans une démarche coopérative, afin d’assurer un suivi quand on ne pourra pas être là », explique la directrice adjointe du centre de loisirs de l’Écolothèque. Enfin, Montpellier Agglomération prendra en charge le transfert en car des enfants des écoles de Castries, Sussargues, Saint Drézéry et Saussan vers différents centres de loisirs, le mercredi midi après la classe.

« À Sussargues, le mercredi, la classe s’arrête à 11h30 et nous proposons un accueil jusqu’à 12h30. Ensuite, ce sera le car de l’Agglo qui emmènera les enfants vers le centre de loisirs de Fondespierre à Castries, que nous partageons avec plusieurs communes », détaille l’adjoint aux affaires scolaires. Une trentaine de petits Sussarguois sont concernés par ce dispositif, grâce auquel les parents n’auront pas de contraintes supplémentaires.

 

Répondre