PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

Mme Françoise Cartron . – La loi sur la refondation de l’école verra bientôt le jour, alors que des centaines de milliers de jeunes passent le baccalauréat, pleins d’espoirs, mais aussi remplis d’inquiétudes, aggravées par les mesures prises ces dernières années.

M. François Grosdidier. – Toujours le même refrain !

Mme Françoise Cartron. – Monsieur le ministre, vous avez pris des mesures courageuses sur les rythmes scolaires.

M. Philippe Dallier. – Cela plaît beaucoup !

Mme Françoise Cartron. – Votre loi acte la programmation de 60 000 postes dans l’éducation nationale. (Vives exclamations à droite) Quelles seront les traductions concrètes de la volonté du Gouvernement ?

M. Philippe Dallier. – On se le demande.

Mme Françoise Cartron. – L’école sera plus inclusive. Quelles perspectives pratiques pour les enfants porteurs de handicap ? (Applaudissements sur les bancs socialistes)

M. Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale . – L’an dernier, c’était la rentrée du changement.

M. Éric Doligé. – Paroles !

M. Vincent Peillon, ministre. – La rentrée prochaine sera celle de la refondation. Nous avons, grâce aux créations de postes, empêché des centaines de fermetures de classes. (Applaudissements à gauche) Beaucoup à droite sont venus me voir pour plaider la cause de leur département. (Applaudissements à gauche)

Malgré la loi Fillon, l’accompagnement des enfants handicapés a régressé : on est passé de 20 000 à 5 000. Nous créons 8 000 postes indispensables pour eux. (Applaudissements sur les bancs socialistes)

Les 20 000 professeurs recrutés bénéficieront des ESPE. Les 6 700 postes créés seront affectés à parité au primaire et au secondaire. Dans le primaire, 1 000 de ces postes iront aux 35 000 élèves supplémentaires et les autres seront créés là où il y a le plus de besoins, (« Très bien ! » sur les bancs socialistes) dans les ZUS et les zones rurales en difficulté.

La réussite de tous les élèves est notre obsession. La nation doit se mobiliser. Je remercie le Sénat pour son aide à cette entreprise ; l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi de refondation de l’école dans les termes que vous aviez choisis. Quand l’école de la République se ressaisit, nous redressons notre pays ! (Applaudissements à gauche)

La séance est suspendue à 16 heures.

Répondre