PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Ouest France – le 3 octobre 2013 :

Accéder au site source de notre article.


 

 

Claire Leconte avec Denis Rapinel, maire de Dol et Pierre Geist, responsable éducation jeunesse à la ville de Dol ont rappelé les enjeux de la réforme.

Claire Leconte, professeur de psychologie de l’éducation à Lille 3, et chercheuse en chronobiologie, était invitée mardi soir par la mairie de Dol pour une conférence sur les nouveaux rythmes scolaires.

Devant une salle de l’Odyssée bondée où se rassemblaient enseignants, élus, associations et parents d’élèves, la conférencière a précisé d’emblée : « Le rythme est un élément qui se reproduit à l’identique, cependant l’apprentissage scolaire n’est pas répétition, mais une acquisition progressive. Il ne s’agit donc pas de rythme scolaire, mais de temps scolaire adapté au rythme biologique des enfants. C’est sur ces deux leviers qu’il faut jouer pour permettre une élévation du niveau et de la réussite scolaire ».

La clarté mentale du matin

Le professeur Leconte parle en théoricienne et en praticienne, car elle applique ses méthodes depuis dix-sept ans dans deux écoles à Lille, De Comines et Duruit. « Dans ces écoles, les parents d’élèves, les enseignants, les intervenants extérieurs, sont tous impliqués dans une démarche qui a fait ses preuves. Un suivi trimestriel permet de mettre en évidence les améliorations à apporter, c’est un ajustement permanent », précise Claire Leconte.

Claire Leconte prône une matinée, de quatre heures, avec deux pauses. Une pratique propice à l’apprentissage, ce que le psychologue Binet appelle la clarté mentale de la matinée. « Et l’allégement de l’après-midi ne doit pas être horaire, mais cognitif ». En d’autres termes les acquis doivent continuer à se faire, mais pendant un temps éducatif non scolaire.

Récréation réparatrice

Le professeur Leconte a expliqué la nécessité de respecter la synchronisation des horloges biologiques. Les effets d’un mauvais sommeil ou d’un sommeil contrariés agissent sur la capacité de concentration, comme la pause méridienne (de midi) qui doit être adaptée. « Il en est de même pour la récréation, moment important, qui demande une courte préparation pour que les élèves tirent un profit réparateur de ce temps de récupération ».

Les questions récurrentes ont été posées à Claire Leconte sur l’organisation du temps scolaire, son financement, la pratique d’un nouveau temps scolaire en zone rurale. Une conférence optimiste qui tranchait avec le pessimisme qui accueille cette énième réforme.

Répondre