PRomotion des Initiatives Sociales en Milieux Educatifs

Print Friendly

In Acteurs Publics – le 21 mars 2014 :

Accéder au site source de notre article.


Pour adapter l’école aux enjeux du numérique, le ministère de l’Éducation nationale vient d’instaurer, dans chaque académie, un “délégué académique numérique”.

 

Piloter au plus près des territoires les projets numériques de l’éducation nationale. Telle est la mission, technique et sensible, des nouveaux délégués académiques numériques (DAN) – un par académie –, principalement issus des corps d’inspection et des troupes des anciens conseillers aux technologies de l’information et de la communication de l’enseignement. À écouter le ministère, ces nouveaux délégués incarnent un changement de structure “inédit” pour l’administration de la Rue de Grenelle.

C’est en tout cas ce qu’affirme Gilles Braun, le conseiller numérique de Vincent Peillon, qui voit dans les DAN la preuve que le “mammouth” est capable de se moderniser, alors que la récente loi de refondation de l’école prévoit un “service public du numérique éducatif” et la création d’une nouvelle direction du numérique rattachée à la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO). Les nouveaux délégués devront agir au plus près du terrain pour coordonner localement la stratégie numérique nationale. Ils interviendront auprès des collectivités, des établissements, des services déconcentrés du ministère…

Éviter la cacophonie

En plus de veiller à la formation des enseignants “au et par le numérique”, les DAN devront assurer la cohérence des différents projets portés localement, de leur mise en œuvre à leur évaluation, et éviter que les choix des collectivités ne se traduisent en cacophonie. Alors que syndicats et collectivités demandent à voir, Gilles Braun assure que les délégués ne prendront pas la main sur les projets éducatifs des collectivités. À chacun son rôle.

“La principale difficulté des DAN sera de coordonner des acteurs nombreux, dispersés, et aux niveaux de responsabilités différents”, analyse Corinne Martignoni, de la DGESCO. D’autant que la stratégie numérique doit désormais s’appliquer de l’école jusqu’au lycée, une attention particulière étant portée sur le premier degré. Les délégués devront donc garder un œil sur la feuille de route propre à chaque académie et un autre sur sa traduction dans les territoires. Regard vigilant exigé…

En chiffres 
32 délégués académiques numériques
64 300 établissements scolaires en France

Raphaël Moreaux

Répondre